De la parole aux actes

Journaliste

L’AIP ne tient pas du miracle

Ainsi donc, patrons et syndicats sont parvenus à s’entendre sur la progression salariale des deux années à venir. Vu comme tous se réjouissent, on pourrait croire que cela relève presque du miracle. C’est vrai que cela n’était plus arrivé depuis 2008 – à condition toutefois qu’un syndicat ne claque pas la porte d’ici la fin janvier.

Michel serait bien avisé de mettre intégralement en œuvre l’accord ficelé par les partenaires sociaux.

Cela étant, que les partenaires sociaux aient réussi à boucler un accord n’est pas si étonnant que cela. Vu la conjoncture qui a l’air de reprendre des couleurs, la compétitivité sous monitoring, les baisses de charges décidées par Michel et la réforme de l’Isoc sur le feu, le banc patronal n’était pas trop crispé. Les syndicats bien, par contre, direz-vous. Vrai. Au moins, avec un plafond fixé à 1,2%, y avait-il un petit quelque chose à négocier, côté progression salariale. Cela changeait des crus à 0%. Et puis, les syndicats avaient tout intérêt à boucler un accord, même si certaines réformes qui se profilent leur semblent imbuvables. Déjà, parce qu’ils semblent avoir du mal à mobiliser leurs troupes, après deux ans d’opposition et de bien maigres succès. Surtout, parce qu’il leur fallait montrer que le modèle de la concertation sociale – sans cesse remis en cause par le Fédéral, dénoncent-ils – fonctionne et livre des résultats favorables à tous. De toute façon, en cas d’échec, c’est le gouvernement qui aurait repris la main et imposé ses vues. Dès lors, autant aboutir.

Le gouvernement, parlons-en. Il inspecte les implications budgétaires de cet AIP ficelé par les partenaires sociaux. Logique. Cela étant, même s’il y déniche quelques détails qui le chipotent, en termes de prépensions notamment, il serait bien avisé de ne pas trop le triturer et de le mettre en œuvre intégralement. Parce que cet accord respecte le nouveau cadre salarial que la majorité est en train de dessiner à la Chambre, mais qui n’a pas encore été voté. Ce serait en passant une belle façon pour Michel de démontrer que quand il dit tenir à la concertation sociale comme à la prunelle de ses yeux, ce ne sont pas juste des paroles en l’air.

Lire également

Messages sponsorisés