Publicité
Publicité

Deux éliminés à la Fortis Academy

Franz Kafka se serait régalé chez Fortis. Au soir de la première des deux assemblées générales, qui s’est tenue dans la charmante ville hollandaise d’Utrecht, l’entreprise se trouvait face à une situation franchement inédite. Que l’on en juge : nous voilà avec une société qui il y a deux mois et demi était encore un bancassureur, et qui aujourd’hui n’est plus ni une banque, ni un assureur, mais un holding gorgé de quelques actifs mal identifiés et d’une masse indistincte de produits toxiques.