EDITO : Un an après, seuls les séparatistes ont le sourire

En octobre, nous titrions « Osons le confédéralisme ». Aujourd’hui, devons-nous écrire « Osons le séparatisme » ? Cette longue année de crise politique a radicalisé les positions communautaires. Et, quoi qu’on en dise, le débat a percolé parmi les citoyens.

  • Pour la première fois, un sondage indiquait qu’une majorité de Flamands était favorable à l’indépendance.
  • Dimanche, la nouvelle présidente du CD & V, Marianne Thyssen, s’est dit prête, à défaut d’une « profonde » réforme de l’État, à remettre en cause la solidarité interpersonnelle. Elle n’exclut « aucune option ». Quand des démocrates-chrétiens en viennent à renier la solidarité entre les personnes, la dérive glisse vraiment très loin. Un flirt avec le séparatisme, sans encore oser prononcer son nom. Une formidable victoire pour la N-VA : elle a avalé le bon vieux CVP.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés