En route vers l'informatisation privatisée de la Justice

Journaliste

Les caisses de l'État sont vides, les avocats vont contribuer financièrement à l'informatisation de la Justice.

Mettez-vous deux minutes dans la toge d’un avocat et demandez donc à un juge si vous pouvez lui envoyer un jugement par mail. Scrutez sa réaction, un imperceptible frémissement situé quelque part entre ennui et irritation, pas loin de la stupeur et du tremblement. Cette scène, largement répandue dans les prétoires, sera bientôt révolue.

Les avocats vont mettre la main au portefeuille pour financer l’informatisation de la Justice.

Les avocats, représentés par leurs ordres (francophones et flamands unis) ont accepté de délier les cordons de la bourse pour prendre en charge l’essentiel du financement de la plateforme virtuelle sur laquelle viendront se greffer les applications portées par le ministre de la Justice (e-deposit, e-paiement,…). C’est bien. Et généreux. Mais inquiétant aussi. Le futur président d’Avocats.be, la plate-forme qui regroupe les barreaux francophones et germanophone – 7.782 avocats –, est formel.

Les caisses de l’État sont vides et si rien n’est fait, on ne sortira pas de l’ornière de papier qui est celle de notre Justice. Inquiétant parce que cette révolution est déjà quasi révolue, nous sommes parmi les mauvais élèves de l’Europe en ce qui concerne l’informatisation de la Justice et cette prise en charge d’un pan de la vie publique par le privé n’est jamais de bon augure. Koen Geens, notre ministre de la Justice, un ancien avocat, sait tout cela. Mais il est sage. Et malin. Il répète à qui veut l’entendre que les caisses sont vides. Alors, il compose, il organise, il fait le lien entre les uns et les autres.

Et fait avancer le schmilblick. Ces mêmes avocats qui planchent sur la création, avec les grandes universités et des éditeurs, d’une base de donnée reprenant le million de décisions judiciaires rendues chaque année en Belgique. Et les avocats, qui vont devoir emprunter pour financer ce projet, sont prêts à le mettre à disposition des magistrats. Si ça continue, on les verra bientôt chasser des Pokémons ensemble!

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés