Publicité

Et une escadrille d’hirondelles, ça fait le printemps ?

©Nima Ferdowsi

Une hirondelle ne fait pas le printemps, c'est bien connu. Mais quand on commence à voir une petite escadrille d'hirondelles dans le ciel économique, il est peut-être permis de se montrer un peu moins pessimiste.

Bruxelles (L'Echo) - Tout a commencé il y a déjà deux semaines, avec l'annonce par trois grandes banques américaines, Citigroup, JP Morgan et Bank of America, d'un premier frémissement dans leurs résultats des deux premiers mois de 2009. Frémissement de bon augure pour la suite de l'année évidemment, ce qu'ont immédiatement compris les marchés boursiers en saluant ces performances par plusieurs séances de hausse consécutives.

D'autant que le redressement annoncé par ces deux banques a été confirmé par les résultats d'autres institutions bancaires, en Europe cette fois. Les britanniques Barclays et Royal Bank of Scotland (RBS) ont à leur tour annoncé des premiers résultats encourageants, en tout cas beaucoup plus que ce qu'elles prévoyaient il y a encore quelques dernières semaines.

Evidemment, tout cela est relatif. Car le secteur bancaire revient de très loin. Ainsi, la nouvelle qui avait provoqué un sursaut d'euphorie à propos de Citigroup était tout simplement que le géant bancaire américain était redevenu… bénéficiaire en janvier et en février.

Mais dans d'autres domaines aussi, on entrevoit une éclaircie. Ainsi, alors que les chiffres du commerce extérieur de la Belgique en 2008 avaient été les plus mauvais depuis 15 ans, le mois de janvier a vu la balance commerciale basculer à nouveau en positif.

Sans parler du secteur par lequel tous nos malheurs sont arrivés, l'immobilier résidentiel américain, où pas moins de quatre statistiques - ventes de logements anciens, ventes de logements neufs, permis de construire, mises en chantier importantes- ont viré au vert en février.

Tout cela est-il suffisant pour faire preuve d'un optimisme béat ? C'est sans doute un peu tôt. Et pourtant, certains experts se sont laissés aller à faire des pronostics, la semaine dernière. Jacques De Pover, économiste chez Dexia, qui voulait fustiger le pessimisme ambiant, a ainsi prédit que l'économie belge renouera avec la croissance dès le deuxième trimestre de cette année. Ce qui revient à prédire la fin de la récession pour dans… deux jours. Le 1er avril, donc.

Martine Maelschalck

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés