Faire mieux que la NSA?

MFN ©Nima Ferdowsi

Quand a été dévoilé le scandale des écoutes téléphoniques et du "screening" général du trafic internet par une agence américaine, le monde entier a crié au scandale. Hormis les Etats-Unis. Des cris d’orfraie lancés à juste titre devant cet espionnage d’Etat.

Quand on constate que les systèmes et réseaux de Belgacom ont été visités et hackés par "une puissance étrangère", on entonne un nouveau couplet avec le même élan et avec la même parfaite justification. On ne viole pas de la sorte la vie privée des citoyens, même sous prétexte de sécurité nationale ou internationale, martèle-t-on de Bruxelles à Berlin et de Paris à Madrid, dans une Europe, continentale pour une fois, apparemment, unanime.

Quand paraît au Moniteur un arrêté royal, transposition d’une directive européenne, imposant aux opérateurs téléphoniques d’archiver mails et communications pour répondre à des devoirs d’enquêtes judiciaires, personne ne s’offusque, ne moufte, ne réagit… Au contraire, les opérateurs affirment en chœur et la main dessus qu’ils assurent déjà l’essentiel de cet archivage. Et la Commission de la vie privée ne s’en émeut pas outre-mesure.

Quelle différence entre ces faits d’espionnage et cette mise à disposition de la Justice des mêmes données? Le simple fait que cette obligation imposée aux opérateurs est réglementée par un texte arrêté par un gouvernement, le nôtre en l’occurrence. Et cela fait toute la différence. Autant il est difficile, voire impensable, d’accepter qu’une puissance étrangère, fût-elle amie, vienne mettre son nez dans nos affaires pour une utilisation incertaine, autant il est acceptable que la Justice puisse accéder à certaines données, dans certaines conditions et dans un cadre légal défini. Notamment dans le respect de la séparation des pouvoirs, vertu de base de notre démocratie.

Mais, sans puiser ses arguments sur le zinc du comptoir, on peut néanmoins s’interroger sur l’inviolabilité des données ainsi archivées face aux "puissances étrangères" et autres esprits malfaisants.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés