Jérémie Demeyer

Wanty-Ronveaux, nouveau géant wallon.

À croire que le coq wallon ne sait plus chanter le réveil sans une bonne nouvelle. Cocorico en vrac. Mercredi, on apprenait qu’Inula (ex-Pranarôm) et ses huiles essentielles étaient rachetées pour un demi-milliard. Ce jeudi, c’est Wanty (Binche) qui acquiert Ronveaux (Ciney) pour former un géant qui emploie 1.500 personnes dans un secteur, la construction, où la concurrence fait rage. Il y a quelques semaines, Mithra annonçait depuis Liège le deal du siècle pour Estelle. Odoo, depuis Grand-Rosière, veut s’élever comme premier logiciel de gestion au monde, devant le géant SAP. Souvenez-vous des 800 millions que les Japonais ont mis sur la table pour racheter la biotech carolo Ogeda.

Cocorico. Les boîtes wallonnes n’ont jamais été aussi bankables.

Pour s’offrir Inula, les Français d’Ardian ont payé plus de 17 fois l’ebitda. Rarement vu. Les boîtes wallonnes n’ont jamais été aussi bankables. À chaque fois, ce sont des hommes et des femmes qui s’investissent. À chaque fois, il y un savoir-faire ancestral ou une innovation récente. À chaque fois, une dynamique positive et un enthousiasme sincère.

Souvent aussi, et il faut le souligner, les pouvoirs publics soutiennent et servent de pompes d’amorçage. Meusinvest, Sambrinvest, SRIW et les autres invests sont présents, dès les premiers jours, pour accompagner les entrepreneurs wallons dans leur… investissement. Si demain, les investisseurs privés prennent leur place pleine et entière, la Wallonie peut se transformer en nouvel eldorado. Sans oublier l’international. Les Wallons n’ont plus peur d’aller à la conquête de marchés voisins. Wanty est très présent en France.

La Wallonie entreprend

Vous entreprenez? Vous avez des idées pour faire bouger les lignes? Rejoignez la communauté des entrepreneurs:

La newsletter hebdomadaire

- Le groupe LinkedIn

Découvrez aussi notre site dédié aux chefs d'entreprise wallons et l'ensemble de nos articles.

Et il y a le fameux déclic. Dans un entretien qu’il nous a récemment accordé, François Fornieri (Mithra), le résumait ainsi: "Vous savez ce que me demande le Wallon quand on évoque Mithra? ‘François, est-ce que cela vaut encore la peine d’acheter?' Vous savez ce que me demandent les Flamands? 'Quand faudra-t-il vendre?’"

La vraie raison de se réjouir, c’est que des Wanty, des Fornieri, des Piron, des Gobert, des Dufrasne, des Lutgen, il y en a partout en Wallonie, de Mouscron à Verviers via Arlon. Ils se prénomment Robert, Françoise, Enzo, Kimberley ou Mustapha. Ils sont à la tête d’une PME de quelques personnes. Vous savez quoi? Ils peuvent aussi devenir grands. Et demain le coq wallon chantera à nouveau.


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content