Publicité

Gros nuages sur l'embauche

©Doc

Pourquoi les baromètres sont-ils souvent consultés comme des oracles? Après tout, ils ne reflètent que le sentiment des acteurs du marché quant à leur avenir et celui de leur secteur.

Les baromètres et autres sondages sont un bon indice de l'opinion des décideurs, ici et maintenant. Une opinion qui, dans le cas du baromètre trimestriel de Manpower sur le marché de l'emploi, est révélatrice d'un pessimisme jamais atteint depuis dix ans en Wallonie.

Les résultats de ce baromètre ne manquent pas d'explications rationnelles. La fin de la crise ne semble pas être pour demain, ni même pour après-demain, l'austérité plombe les chances d'une relance par la croissance, l'euro fort handicape les entreprises exportatrices... N'en jetez plus. Dans un contexte aussi morose, les chefs d'entreprises savent bien que les chances de voir leur activité redémarrer significativement sont faibles. Jusqu'à présent, l'emploi a "tenu" en Belgique, dans l'espoir d'une sortie d'un prochain redémarrage de l'économie. Mais cet optimisme s'est aujourd'hui évaporé et, dans ces conditions, on voit mal comment les entreprises pourraient envisager prochainement de nouvelles embauches.

Au-delà de ces explications somme toute classiques, il n'est pas exclu que le pessimisme des créateurs d'emploi ait également une origine plus irrationnelle.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés