Il est minuit moins une pour Match et Smatch

Rédactrice en chef adjointe

16 magasins vont être fermés.

Soyons honnête. Si douloureuse qu’elle soit pour le personnel, la restructuration annoncée chez Match et Smatch n’étonne personne. On se demande même comment elle n’est pas arrivée plus tôt, tant les enseignes de proximité du groupe Louis Delhaize ont raté les révolutions du secteur les unes après les autres.

Depuis des années déjà, le supermarché n’a plus bonne presse aux yeux du consommateur. Le plastique, les produits standardisés, le préemballé, l’hyper-industrialisation ne séduisent plus. Le consommateur de 2019 veut du local, du bio, du zéro déchet. Ou des prix planchers. Ou de la distribution "@home".

Les annonces vont dans le bon sens. Espérons seulement qu’elles n’arrivent pas trop tard.

Et qu’y avait-il de tout cela dans un Match ou Smatch? Du local? Il vient seulement d’être mis au menu du plan de transformation. Tout comme, l’e-commerce ou le focus sur le frais. La centralisation des achats pour jouer sur les marges? Elle n’est arrivée que bien trop tard dans la stratégie du distributeur pour pouvoir le positionner comme un acteur de la sauvegarde du pouvoir d’achat.

Ces tendances lourdes depuis des années dans le secteur n’ont pas été prises à bras-le-corps par le groupe ou trop timidement.

Pourtant, Match et Smatch avaient en main une carte à jouer: celle de la proximité. Chaque grand distributeur développe depuis des années son réseau "d’épiceries". Il suffit de voir les taux de croissance des Proxy, Okay et autre Express pour s’en convaincre. Mais là aussi, l’enseigne a raté le coche. En n’associant pas sa carte proximité avec des jokers prix et convivialité. Qui veut faire ses courses dans des magasins vieillots, avec des prix de 10 à 15% plus chers et sans expérience client satisfaisante? Pas grand monde. La suite était prévisible. Les clients ont déserté les rayonnages, les comptes ont piqué du nez.

Aujourd’hui, le groupe vient de se réveiller. Ses annonces vont dans le bon sens. Espérons juste qu’elles n’arrivent pas trop tard.

Lire également

Messages sponsorisés