Informer avec rigueur

Rédacteur en chef

Le sort réservé par L'Echo aux propos et aux agissements des extrêmes.

Informer. Décoder l’actualité. Ouvrir les yeux du lecteur sur le monde. Ces trois missions concrétisent les valeurs que s’est fixé L’Echo il y a 138 ans. Notre méthode, au quotidien, c’est la rigueur.

Ces missions et cette rigueur, nous estimons qu’elles ont rarement été aussi importantes qu’aujourd’hui, à un moment où le populisme frappe à la porte de tous les Belges et à une époque chahutée où les idées se forgent, au moins en partie, et notamment au sein de la jeune génération, sur les réseaux sociaux. Des réseaux sociaux – Facebook, Twitter, Instagram… – où seule règne la loi de l’instantanéité, où le bruit des messages diffusés l’emporte sur l’esprit critique, où les "posts" manquent beaucoup trop souvent de mise en perspective. Sans même évoquer l’illusion, la manipulation, la propagande qui s’y jouent et les fake news.

La discussion a été riche cette semaine au sein de la rédaction de L’Echo sur le sort à réserver, en termes de traitement journalistique, aux propos et aux agissements des extrêmes. Il n’y a jamais été question du moindre compromis sur la question. Notre position est unanime, claire: nous défendrons toujours les valeurs démocratiques. Nos valeurs démocratiques.

Non au simplisme. Non à la démagogie. Non au racisme. Nous n’en serons jamais les porte-voix. Nous maintenons le cordon sanitaire médiatique. Pas de carte blanche. Pas d’interview questions-réponses. Des citations, mais encadrées, si nous estimons qu’une actualité ou qu’un propos constitue une information essentielle au lecteur ou lui offre une vraie grille de lecture nouvelle et informative du contexte démocratique.

Non au simplisme. Non à la démagogie. Non au racisme. Nous n’en serons jamais les porte-voix.

Car n’oublions en rien nos missions.

Cette semaine, L’Echo a rencontré Tom Van Grieken, l’ambitieux – et déjà starisé par certains – président du Vlaams Belang. Le Vlaams Belang, un parti qui se dit remodelé, et que certains, espérons sans savoir, annoncent désormais fréquentable.

Nous avons choisi de diffuser des propos qui nous ont été tenus durant les deux heures qu’a duré cet entretien. Nous l’assumons, avec des balises claires: du fact-checking, du contexte.

Notre enquête est à découvrir ici: Le vrai visage du Vlaams Belang

Parce que nous estimons que chacun a le droit de savoir. Parce que derrière le côté pile (policé à la télé), il y a le côté face (le véritable discours). Parce que derrière sa nouvelle façade, une façade qui le rend encore plus dangereux, le Belang n’a pas changé d’un iota sur le fond. Parce que non, il n’est pas devenu fréquentable. Pas plus que ne l’était le Blok à son époque.

Lisez. En néerlandais, on dit "oude wijn in nieuwe zakken". Faire du neuf avec du vieux.

Bas les masques.

Lire également

Messages sponsorisés