L'Europe a promis la Lune

2020, charnière pour l’Union européenne

La sauce va-t-elle prendre? Après une décennie sur la corde raide, passant de crise économique en crise identitaire et crise de légitimité, l’Union européenne aborde 2020 avec une ambition à faire vivre. Le pacte vert que la Commission a présenté en décembre offre un cap et un sens à un projet européen en déshérence. L’Europe a promis la Lune – "Green deal is our man on the moon moment" –, en annonçant réconcilier l’économie avec la nature et atteindre la neutralité carbone pour 2050. Reste à voir avec quelle énergie les Européens – à commencer par leurs élus nationaux – s’empareront ou non de ce flambeau et en alimenteront la flamme.

Au-dessus de ses divisions, l’Europe devra garder les yeux rivés vers le cap. Donner à voir le sens, l’ambition, l’énergie.

Montrer le sens, l’ambition, l’énergie: c’est exactement ce dont l’Europe a besoin pour se réconcilier avec elle-même. Mais les prétextes ne manqueront pas pour replonger le nez dans le guidon des divisions. Prenez le Brexit: la Croatie, qui prend la présidence tournante de l’Union, en a fait la première de ses priorités. Le Royaume-Uni sera un État tiers le 1er février et Londres se donne onze mois pour négocier les conditions d’une nouvelle relation commerciale et stratégique avec l’Union. Un délai risible pour des négociations polarisantes: un cocktail annonciateur de nouveaux psychodrames? C’est sans compter l’autre priorité affichée par la présidence croate: l’élargissement. On va donc remettre le couvert sur les Balkans orientaux, et réveiller la profonde fracture entre une Europe qui plaide l’élargissement stratégique et l’autre qui juge stratégique d’y mettre un frein. Avec cela, on n’aura pas parlé de la foire d’empoigne qui se déroule en coulisses sur la définition du budget pluriannuel de l’Union pour les sept années qui viennent – budget qui promet de redessiner en profondeur les grandes politiques de l’Union en se passant des deniers britanniques.

Au-dessus de la mêlée, par-delà ses divisions, l’Europe parviendra-t-elle au début de cette décennie charnière à garder les yeux rivés vers son cap? L’Europe a promis la Lune, reste à aller la chercher.

Lire également

Messages sponsorisés