L'exonération inéquitable

Journaliste

L’encours des livrets a augmenté en 2016

Même si les comptes d’épargne ne rapportent quasiment plus rien, les Belges continuent à y amasser des sommes considérables. Les banques belges signalent qu’en 2016, l’encours des livrets a encore augmenté. Comment expliquer cet attrait pour un placement où l’argent perd de la valeur, compte tenu de l’inflation? Comment justifier ce réflexe d’épargne alors que le contexte économique semble enfin s’améliorer petit à petit, comme l’ont encore montré les indices PMI publiés lundi?

Le gouvernement ne touche pas à l’exonération des revenus des livrets, alors qu’il alourdit la fiscalité des autres placements.

Depuis un peu moins de dix ans, les Belges n’entendent parler que de crises. Crise des subprimes, crise bancaire, crise de la zone euro: ces secousses financières à répétition ont de quoi faire réfléchir celui qui envisagerait de prendre un peu plus de risques dans ses placements. Le compte d’épargne continue ainsi de jouer un rôle de refuge. Sa sécurité reste appréciée.

De plus, après des années de baisse des taux d’intérêt, une ébauche de rebond du loyer de l’argent a été observée durant le dernier trimestre de 2016. Ce mouvement a pu dissuader des investisseurs de miser sur des placements à taux fixe de longues maturités. Dans ce cas, le livret sert de position d’attente. Sa liquidité séduit toujours.

Et enfin, force est de constater que lors de chaque ajustement budgétaire, le gouvernement fédéral n’envisage pas une seule seconde de toucher à l’exonération des revenus des comptes d’épargne, alors qu’il n’hésite pas à alourdir la fiscalité de la plupart des autres placements, ce qui accentue encore l’avantage fiscal des livrets. Compte tenu du taux d’intérêt de 0,11% proposé par les grandes banques et du seuil de 1.880 euros d’intérêts exonérés, il faut plus de 1,7 million d’euros de dépôts sur un carnet d’épargne pour que les revenus commencent à être taxés, et à un taux réduit encore bien. Est-ce cela, une fiscalité plus équitable? Si le gouvernement entend vraiment mobiliser l’épargne en faveur de l’économie, il doit envisager de modifier cette exonération désuète.

Lire également

Messages sponsorisés