L'heure de l'envol des biotechs?

Les actionnaires d'Ogeda empocheront… 23 fois leur mise après le rachat par le japonais Astellas

C’est la plus grosse acquisition réalisée dans le secteur biotech belge: 800 millions d’euros pour une pépite wallonne qui, jusque-là, vivotait de façon plutôt discrète. Tapez Ogeda ou bien Euroscreen – son ancien nom – et vous n’en apprendrez guère plus sur l’histoire de cette spin-off de l’ULB que ce qui a été dit depuis 24 heures. Son patron, le Français Jean Combalbert, avoue lui-même que l’entreprise, au chiffre d’affaires nanoscopique pour une société de 23 ans, est passée par plusieurs caps difficiles.

Il y a moins de deux mois, la ville de Gosselies faisait déjà parler d’elle dans la rubrique économique grâce à la Sonaca, qui a jeté son dévolu sur l’américain LMI Aerospace. Quelque chose serait-il en train de changer dans le sud du pays? Il est encore un peu tôt pour tirer des leçons durables de ces deux événements certes hors normes et très différents sur le fond. D’autant qu’à quelques centaines de mètres de là, Caterpillar s’apprête à recevoir les derniers sacrements.

Il n’empêche: en quelques semaines, deux entreprises carolos, qui plus est détenues en partie ou en totalité par des actionnaires publics, ont signé des opérations démontrant qu’il existe un savoir-faire wallon, scientifique dans un cas, technologique dans l’autre, générateur de richesse.

Reste à transformer celui-ci en emplois. C’est là que le bât blesse encore. On sait que le rachat d’Ogeda par Astellas ne débouchera probablement pas sur de l’embauche. Il pourrait même ne laisser dans quelques années que le souvenir d’une formidable transaction pour ses actionnaires.

Dynamique, créative et bien soutenue, la filière biotech wallonne se heurte encore et toujours à un handicap récurrent: sa difficulté à transformer des jeunes pousses prometteuses en authentiques champions. Si elle veut aller au bout de sa logique de reconversion, la Wallonie doit plancher sur le biotope qui permettra de donner aux entreprises des sciences du vivant les chances d’un véritable essor.

Lire également

Messages sponsorisés