La dynamique du week-end

Journaliste

Rationalisation des outils économiques

"Une rationalisation d’ampleur inédite". Le ministre bruxellois de l’Économie et de l’Emploi, Didier Gosuin (FDF), ose les grands mots. "Pendant un an, on a pris le temps de la réflexion. Aujourd’hui, on offre un nouveau départ à la politique économique", ose-t-il encore. C’est vrai que beaucoup d’observateurs commençaient à s’interroger sur les activités du gouvernement bruxellois. Mais que fait-il? Bruxelles ronronnait, s’ennuyait. Et puis bam! En un week-end, l’effectif bruxellois sort une réforme fiscale, un plan d’investissement sur dix ans pour la mobilité et… une rationalisation des outils économiques.

La rationalisation aurait pu aller plus loin. Il reste des doublons.

Si la réforme fiscale est ambitieuse, les deux autres grands dossiers semblent encore pâtir de certains tabous. Par exemple, le gouvernement préfère renoncer à des investissements pourtant nécessaires en mobilité plutôt que d’étudier la possibilité de faire appel au secteur privé. "Quand c’est le privé qui s’occupe de l’exploitation, c’est le bazar", justifie Pascal Smet (sp.a), le ministre de la Mobilité. C’est tout? N’y a-t-il pas moyen de faire une analyse plus fine du pour et du contre et de voir quelles balises pourraient être apportées (ou pas)? C’est ce qu’a fait Guy Vanhengel (Open VLD), le ministre du Budget, pour trouver des pistes pour sa réforme fiscale.

C’est ce qu’a fait Didier Gosuin pour lancer son chantier de rationalisation. Il a mandaté un bureau d’étude pour évaluer les doublons entre les différents organismes bruxellois d’aide aux entreprises. Il a évalué la pertinence de chacun de ses outils. Et il met en œuvre les recommandations. Qui peut le lui reprocher?

Après, il y a comme à chaque fois des arbitrages politiques. Des blocages même. Car, la rationalisation aurait pu et pourrait aller plus loin. Il reste des doublons. Un exemple: le Port de Bruxelles fait du développement immobilier. Citydev aussi. Il y a aussi de l’ordre à mettre dans les 123 aides différentes qui s’adressent aux entreprises. Le chantier n’est pas terminé. Le gouvernement doit maintenir sa dynamique du week-end.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés