La fin d'une époque

©RV DOC

Autres temps, autres mœurs. Les automobilistes belges vont de moins en moins souvent à la pompe.

 L’étude réalisée pour la Fédération pétrolière belge est révélatrice. Depuis juillet dernier, la consommation d’essence et de diesel en Belgique est en baisse. C’est la première fois que les deux carburants reculent ensemble aussi nettement. Un repli temporaire avait été enregistré en 2008, sous le coup de la crise, mais c’était un épiphénomène. La tendance est désormais durable.

Ladite fédération n’est guère surprise. Elle attribue ce mouvement à une prise de conscience des constructeurs automobiles et des usagers. Face à la flambée des prix du pétrole, les consommateurs se tournent vers des véhicules moins énergivores. Et réfléchissent à deux fois avant de faire le plein. Pragmatique et, au passage, moins toxique pour l’environnement.

Pour la première fois, aussi, la consommation de diesel recule. Son prix ayant augmenté de plus de 80% en quatre ans, il séduit moins. La fin récente du plafonnement du prix du diesel, le "cliquet inversé", devrait hâter les choses. Ce qui n’est pas une mauvaise nouvelle pour les raffineries belges. Historiquement productrices d’essence, elles sont à la peine, car, depuis le succès du diesel, la Belgique est forcée d’en importer de Russie et d’exporter ailleurs l’essence raffinée sur son territoire. Une amélioration du ratio essence-diesel devrait contribuer à un rééquilibrage du marché.

Le repli va-t-il durer? À court terme, tout semble l’indiquer. Le pétrole risque de rester cher longtemps encore. À moins que les capacités de production ne soient démultipliées. Selon certains producteurs, on s’oriente vers un pic de la production entre 2015 et 2020. Avant un lent recul.

Quant aux conducteurs belges, ils ne rouleront peut-être pas moins, mais leurs véhicules consommeront de moins en moins. Seul un changement de la fiscalité pourrait relancer la consommation. Ce qui supposerait que l’économie européenne soit elle-même en pleine croissance et la crise de la dette soit loin, très loin, derrière elle.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés