La méthode du Dr Tajani

©RV DOC

Le plan pour l’acier choisit la voie du milieu. Il est, avant tout, un catalogue de mesures visant à adapter la sidérurgie européenne à la réalité du marché.

Voici près de quarante ans que l’Europe ne s’était plus approchée du chevet de son industrie de l’acier pour se livrer à un diagnostic complet et, surtout, lui prescrire de quoi la remettre sur pied. En 1977, le "plan Davignon" signait une restructuration majeure du secteur, entraînant la disparition de 250.000 emplois. Un remède de cheval.
Le commissaire européen en charge de l’Industrie Antonio Tajani a présenté hier "son" plan de soutien de la sidérurgie. Autre temps, autres mœurs: le document ne prévoit aucune réduction de capacités, comme l’industrie le demandait. Et encore moins d’aide directe. Il ne s’exprime pas plus sur les restructurations en cours, dont celles d’ArcelorMittal à Liège et à Florange. Les syndicats auraient pourtant souhaité plus de fermeté.

Le plan est, avant tout, un catalogue de mesures visant à adapter la sidérurgie européenne à la réalité du marché. Face à une demande en chute de 27% par rapport à son niveau de 2007, le "docteur" Tajani prescrit de stimuler la consommation d’acier. Par exemple, en encourageant les voitures propres et les immeubles à faible consommation d’énergie. "Il commissario" mise aussi sur le recyclage: bonne idée, l’Europe regorge de déchets de ferraille, une matière première précieuse. Encore faut-il concrétiser l’intention. La Commission recommande aussi la réduction des coûts de l’énergie, en accélérant la mise en place du marché intérieur de l’énergie. Certes. Mais cela fait des années que ce marché patine, freiné par des querelles entre les grands États. On voit mal comment cette intention prendrait corps à court terme.

Critiqué par une partie des syndicats, qui réclament un geste contre les restructurations, et de l’industrie, qui voulait des réductions de capacités, le plan "Tajani" choisit la voie du milieu. Il ne fonctionnera que si les acteurs industriels et sociaux y adhèrent. Et il n’entrera dans les livres d’histoire que s’il génère des résultats. Sur ce point, rendez-vous est pris dans un an pour la première évaluation.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés