La (re) tactique du gendarme

Journaliste

Montée en puissance des ex-gendarmes.

Le démantèlement de l’Office central de lutte contre la délinquance économique et financière organisée (OCDEFO) et la suppression de la capacité d’enquête autonome de la Federal Computer Crime Unit (FCCU) ne passent pas.

Demandez au juge d’instruction Michel Claise ce qu’il en pense! Ce dernier n’hésite pas à évoquer une catastrophe sociétale. D’autres, plus discrets, parlent d’un retour en force des ex-gendarmes à la tête de la police fédérale. On se souviendra que l’affaire Dutroux avait débouché sur une refonte complète des services de police, mettant un terme à la guerre des polices. Tout semblait tourner dans le joli monde des képis jusqu’à l’annonce de ce double démantèlement/décentralisation. Une orientation politique de la direction de la police fédérale, semble-t-il.

La police fédérale semble être en train de détricoter ce qui avait vu le jour lors de la réforme des polices

Une initiative qui n’aurait pas été très difficile à vendre à la majorité actuelle. (Jan Jambon, si vous nous lisez….) Et qui plaira aux anciens gendarmes, n’ayant visiblement jamais avalé la pilule de la fusion des services de police. D’avoir perdu une partie de leur pouvoir. Les officiers et les agents du fisc qui composaient l’OCDEFO vont être détachés vers des unités de recherches créées au sein des directions judiciaires déconcentrées d’Anvers, Bruxelles, Charleroi, Mons, Flandre orientale et Liège.

Idem avec la FCCU qui perd son pouvoir d’enquête autonome au profit des entités régionales. Bon. De près comme de loin, ça ressemble à un début de régionalisation de la police fédérale. Et donc, de détricotage de ce qui a été fait dans la foulée de l’affaire Dutroux. "On est dans un mécanisme des forces centrifuges régionalistes", assure un de nos interlocuteurs. Un autre, très au fait des affaires de police et de Justice, l’affirme.

Dès qu’on met le nez dans un dossier police, on se retrouve confronté au clivage ex-gendarme/ex-police. Et l’aspect communautaire n’est jamais bien loin non plus. En tout état de cause, démanteler un outil comme l’OCDEFO et décentraliser la FCCU risque d’impacter la qualité et l’efficacité de la lutte contre la criminalité. Et ça, ce n’est jamais bon.

[Suivez Nicolas Keszei sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés