La techno-guerre est déclarée

Anne-Sophie Bailly

Google coupe les ponts avec Huawei

La guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis vient de prendre un virage à 180 degrés, pour entrer de plain-pied dans une dimension technologique. Google et, dans sa foulée, une kyrielle de producteurs de semi-conducteurs ont annoncé qu’ils coupaient les ponts avec Huawei. "Conformément à l’ordre", commente le géant américain, c’est-à-dire le décret rendu la semaine dernière par Donald Trump et qui interdit aux groupes américains de commercer dans les télécoms avec des sociétés étrangères "jugées dangereuses pour la sécurité nationale".

Une obligation qui permet surtout à Google de bomber le torse et de prouver la puissance technologique des entreprises made in USA, avec in fine un message: "Nous pouvons nous permettre de couper les ponts avec vous. Par contre, vous pouvez difficilement vous passer de nous."

Et de fait, pour Huawei, le coup est rude. Il frappe là où ça fait mal. À deux reprises.

Le coup est rude car il frappe là où ça fait mal: la chaîne d’approvisionnement et le consommateur final.

Un. Il touche de plein fouet la supply chain. Car même si, prévoyant, Huawei a déjà stocké pour des milliards de composants, c’est quand même la source de sa chaîne d’approvisionnement qui vient de se tarir.

Deux. L’interdiction concerne l’utilisateur final. On parle bien ici de Gmail, YouTube ou Chrome, qui ne seront plus disponibles sur les futurs smartphones Huawei. Du concret, du pratique qui devrait pousser les consommateurs à se désintéresser des produits de l’équipementier chinois.

Et comme toutes les guerres, celle-ci fera des victimes: les emplois, la confiance dans la chaîne de production mondiale, le consommateur, les marchés,…

Reste à savoir quelle sera la position de l’Europe dans tout cela, elle qui a jusqu’ici majoritairement fait la sourde oreille aux accusations américaines d’espionnage par Huawei. Victime? Spectatrice? Actrice? Possible si des Nokia ou des Ericsson saisissent la balle au bond et s’engouffrent dans la brèche laissée béante.

Lire également

Echo Connect