Laisser la justice faire son travail

Graves accusations contre Jean-Charles Luperto.

En démissionnant de son poste de président du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et en se mettant en congé de sa fonction de bourgmestre de Sambreville, Jean-Charles Luperto a pris la seule décision qui s’imposait: faire un pas de côté, le temps de laisser la justice exercer son travail.

Pour le reste, la tâche de commenter une telle affaire est particulièrement délicate, alors qu’on y parle, pêle-mêle, d’exhibitionnisme, de mineur(s) d’âge et de rencontres équivoques sur une aire d’autoroute. Pour cette raison, le commentaire doit sans doute se limiter à quelques constats.

Un: la présomption d’innocence est un droit intangible de tous les citoyens. Quelles que soient les accusations proférées, quel que soit l’émoi que certains comportements suscitent dans la population, chacun a droit à une justice équitable.

Les hommes politiques doivent, plus que les autres citoyens, observer un comportement irréprochable.

Deux: il faut faire confiance à la justice. Saisi d’une première plainte quelques semaines avant les élections, le procureur du roi de Namur a voulu prendre son temps pour éclaircir l’affaire, et éviter de précipiter des révélations aux lourdes conséquences politiques pour l’intéressé et pour son parti.

Trois: un autre principe intangible, le secret de l’instruction, a manifestement été violé.

Quatre: si les hommes politiques n’en sont pas moins hommes, ils doivent cependant, plus que les autres citoyens, observer un comportement irréprochable. Leurs moindres faits et gestes sont scrutés à la loupe par l’opinion, et c’est bien normal puisqu’ils sont les élus du peuple. Or, la fonction politique a tendance à isoler ceux qui la détiennent, à leur faire perdre une partie de leur sens critique, voire à laisser peu à peu s’estomper la norme.

Il ne s’agit pas ici d’une référence précise à l’affaire Luperto, mais à toutes ces situations qui voient des hommes politiques, de Belgique ou d’ailleurs, installés dans une tour d’ivoire, entourés de conseillers inféodés, développer un impardonnable sentiment d’impunité.

[Suivez Martine Maelschalck sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés