Le Cirque de Bruxelles

Journaliste

Il faut plus de Région et moins de Ville.

La Ville de Bruxelles a tranché. Elle reprendra la gestion du Cirque royal au Botanique, afin de la confier à son ASBL festive et événementielle, Brussels Expo. Tout sauf une surprise; la conclusion de ce dossier était connue d’avance. L’ambition de la Ville, présentée hier? Faire de cette salle de concert et de spectacle "un lieu culturel d’importance" – est-ce à dire qu’elle ne l’est pas actuellement?

Deux remarques s’imposent. La première est d’ordre culturel. Laissons à Brussels Expo le bénéfice du doute et attendons de voir ce qu’a dans le ventre ce Cirque nouveau, serait-on tenté de dire. Pourquoi pas. Sauf que de bilan musical, Brussels Expo en a déjà un, puisque l’ASBL gère deux salles à Bruxelles: le Palais 12, depuis trois ans, et la Madeleine, depuis le début de l’année. Et là, jusqu’à preuve du contraire, c’est plutôt un ratage complet. De déjà pas très folichonne, l’affiche est devenue presque inexistante. Un échec.

L’omnipotence et la mégalomanie de la Ville constituent un problème majeur à Bruxelles.

La seconde remarque est d’ordre politique. L’omnipotence et la mégalomanie de la Ville constituent un problème majeur à Bruxelles. Bouter hors du Cirque royal la Communauté française – aux commandes du Botanique – a-t-il le moindre sens? En quoi la Ville de Bruxelles serait-elle plus qualifiée pour le job? La Ville mène à sa guise beaucoup trop de projets dont les retombées dépassent son seul territoire et concernent les dix-huit autres communes de la Région bruxelloise, voire le pays dans son ensemble. Comment justifier que le piétonnier dans le centre de la capitale ait été porté par la Ville et non par la Région? Alors que ses répercussions se jouent allègrement des frontières communales. Même combat pour l’implantation du centre commercial Neo sur le plateau du Heysel. Et ne serait-ce pas à la Région, voire au Fédéral, à piloter l’érection, ou non, d’un stade national de football?

La réforme des institutions bruxelloises et la réorganisation des compétences entre Région et communes est indispensable. Il faut plus de Région et moins de Ville. Les agissements de la Ville sont là pour nous rappeler cette impérieuse nécessité.

Lire également

Messages sponsorisés