Le coquelicot ne doit pas se faner trop vite

Les remarques de la société civile à la note de PS et d'Ecolo ne pourront plus être ignorées au moment de poursuivre les négociations avec, éventuellement, le MR.

Que restera-t-il du coquelicot? Après plusieurs jours de travail et la consultation d’une centaine d’organisations issues des différents secteurs de la société civile, le tandem PS-Ecolo vient de coucher sur papier un projet de politique gouvernementale pour la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles. À ce stade, on ne parle pas encore d’une déclaration régionale. Si elle survit, la note devra être précisée, budgétée et traduite en mesures concrètes.

La démarche a jusqu’ici fait l’objet de nombreuses critiques. Certains y voient, par exemple, une façon de retarder l’inéluctable retour des libéraux. Il faut évidemment rappeler qu’à ce stade des négociations, le tandem PS-Ecolo ne dispose toujours pas d’une majorité au sein du Parlement. La note coquelicot a donc pour vocation de sensibiliser les députés des autres partis et éventuellement les attirer dans leur projet afin de disposer d’une majorité confortable.

Oui, la démarche est originale et orientée. Pourquoi, par exemple, consulter la société civile en Wallonie et pas à Bruxelles où PS et Ecolo sont aussi à la manœuvre? La démarche a aussi un côté bancal. Comment imaginer un seul instant que des formations politiques vont accepter de soutenir un texte qu’ils n’ont pas négocié?

Il ne faut cependant pas enterrer trop vite ce projet. Non pas pour faire plaisir au PS et à Ecolo ou pour embêter le MR mais pour respecter les dizaines d’organisations qui ont pris la peine d’analyser la première ébauche de texte, de la commenter et de rentrer des dizaines de propositions.

Le politique aura toujours le dernier mot. C’est évident. Mais qu’on le veuille ou non, cette société civile (et ses remarques) ne pourra plus être ignorée au moment de poursuivre les négociations. Ces organisations sont évidemment orientées et poursuivent chacune un projet différent. Mais à leur manière, elles représentent les différentes couches de la population. Bref, balayer tout ce travail, ce serait non seulement manquer de respect pour ces organisations mais aussi pour les citoyens qu’elles inspirent. Et le danger est de creuser un peu plus le fossé qui existe entre le monde politique et le citoyen!

Il serait évidemment injuste de lancer cet avertissement uniquement au MR. Après tout, les libéraux n’ont rien demandé et se retrouveront face à une feuille de route qu’ils voudront renégocier! Non, ce point d’attention doit surtout animer jusqu’au bout le PS et Ecolo, les initiateurs de cette consultation. Si d’aventure, ils rédigent les dernières lignes de la déclaration gouvernementale, ils ne doivent pas oublier que la société civile les observera et les attendra au tournant avec leurs remarques!

Lire également

Echo Connect