Publicité
Publicité
Publicité

Le dossier Fortis mérite davantage de sang-froid

Mais quelle mouche a piqué Yves Leterme et Didier Reynders ? Ces derniers jours, ils ont condamné de façon virulente les procédures judiciaires actuellement en cours dans le dossier Fortis. Le premier a laissé entendre que l’État pourrait faire marche arrière — et retirer l’argent investi — si la reprise de Fortis par BNP Paribas était annulée. Le second— un ancien avocat ! — a critiqué la déontologie des avocats défendant des petits actionnaires qui se sont pourtant logiquement tournés vers la Justice pour faire valoir leurs droits.