Le doute selon Ken Loach

Joan Condijts

Polémique à l’ULB

Qui est Ken Loach? Qui est l’homme auquel l’ULB s’apprête à attribuer les insignes de docteur honoris causa? Le cinéaste doublement palmé à Cannes, pourfendeur du néolibéralisme, magicien de l’image emportant l’empathie du spectateur par la puissance narrative de tragédies modernes? Un fils de la petite classe moyenne conservatrice britannique que la sympathie pour les souffrances de Palestiniens au cœur d’un conflit séculaire a amené à compromettre les nobles valeurs de ses films par des propos ambigus et un antisionisme qui confine à l’escroquerie historique?

• Lisez aussi notre analyse Ken Loach face à son oeuvre

Le principal moteur de cette machine médiatique, c’est Ken Loach lui-même.

La première option, celle du cinéaste génial, est indubitable. Ken Loach est ce grand monsieur du septième art, maintes fois distingué. À raison.

La seconde option (qui n’interdit pas la première…), soit cet aspect plus sombre et méconnu de sa personnalité, ne repose pas, comme il l’a affirmé lui-même, sur des allégations ou des manipulations d’un lobby sioniste. Le principal moteur de cette machine médiatique, c’est Ken Loach lui-même.

La langue du réalisateur a encore fourché récemment lors d’une intervention à la BBC, laissant entendre que le génocide des Juifs pouvait être "discuté". Il y a surtout cette pièce de théâtre, "Perdition", de Jim Allen, qu’il a voulu monter et qu’il continue de défendre. Une pièce qui, dans des raccourcis dangereux, fait des sionistes les complices des nazis dans leur industrie de la mort.

Si l’homme est revenu plus tard sur ses propos et a réaffirmé fermement que l’Holocauste ne pouvait être remis en cause, si, interpellé sur ce sujet par le recteur de l’ULB, Yvon Englert, il a une nouvelle fois, dans une lettre publiée ce lundi, rejeté avec force toute forme de racisme, "y compris l’antisémitisme", Ken Loach n’a pas pris la peine de se distancier de cette pièce de théâtre controversée. Pourquoi? Seul Ken Loach a la réponse.

En attendant, puisque l’ULB n’a pas pris la peine de vérifier qui était vraiment l’homme qu’elle s’apprête à honorer, le doute commanderait l’abstention jusqu’à ce que toute la lumière soit faite. Par celui qui a instillé ce doute: Ken Loach lui-même.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content