Le Plan abaisse ses prévisions de croissance

La croissance belge ne dépasserait pas 1,1 % en 2019 et 2020

Peut-on parler d’une surprise? La révision à la baisse par le Bureau du Plan de ses prévisions de croissance économique pour la Belgique s’inscrit dans un environnement international dégradé par la guerre commerciale sino-américaine et la bouteille à encre du Brexit. Et encore, notre pays ne s’en sort pas trop mal puisque la croissance belge sera – pour la première fois depuis des lustres – un rien supérieure à celle d’une zone euro plombée par la morosité qui prévaut en Allemagne.

Chaque année, le coût des pensions augmente mécaniquement de 1,8 milliard d’euros.

Dans ces conditions, diront les économistes, c’est le moment d’agir de manière contracyclique en prenant des mesures de relance. Sauf que la Belgique n’est actuellement pas en état de le faire. Ni politiquement, compte tenu de l’immobilisme politique prolongé. Ni budgétairement, vu que les marges budgétaires sont inexistantes. C’est tout le contraire de l’Allemagne, de l’Autriche ou des Pays-Bas par exemple qui souffrent également de la conjoncture internationale mais qui disposent de solides munitions pour faire face. Rappelons que nos voisins néerlandais, dont l’économie présente bien des similitudes avec la nôtre, ont dégagé en 2018 un excédent budgétaire de 12 milliards d’euros. De quoi voir venir…

Le prochain gouvernement fédéral sera en quelque sorte pris en tenaille entre une croissance faible et un budget à colmater. Les fuites se situent principalement au niveau des soins de santé et des pensions. Non pas qu’il y ait eu mauvaise gestion particulière. C’est tout simplement l’effet du vieillissement, cette bombe à retardement contre laquelle nous avons pourtant été mis en garde depuis vingt ans déjà. Chaque année, le coût des pensions augmente "mécaniquement" de 1,8 milliard d’euros. Pour désamorcer cet engin, il n’existe pas trente-six solutions. On peut en effet difficilement demander aux gens de vivre moins vieux… Soit on augmente les recettes, ce qui semble peu indiqué dans un pays à la pression fiscale élevée, soit on coupe dans les dépenses en réformant certains mécanismes. 

Lire également

Echo Connect