Le pouvoir de l'électrochoc

Les patrons wallons divisés sur la transition écologique.

Mercredi, on a parlé d’innovation à l’AG de l’Union wallonne des entreprises. Une trêve dans le combat interne autour du plaidoyer de Jacques Crahay – c’était dans L’Echo – pour une économie plus "en phase".

Une trêve salutaire. Ce mercredi, devant un auditoire noir de monde, la Wallonie s’est prouvé qu’elle pouvait innover et avoir une vision. Il suffit de reprendre les exemples des entreprises mises à l’honneur; d’Eyed (Sart-Tilman), développeur d’implants révolutionnaires dans l’ophtalmologie, à Aerospacelab (Mont-Saint-Guibert), dont les satellites polyvalents réinventent l’imagerie spatiale.

Nos patrons sont-ils rétrogrades? Non, tranche-t-on à l’UWE. C’est l’occasion ou jamais de le prouver.

Demain, quand la trêve souhaitée pour cette AG sera finie, que les choses reprendront leur cours, c’est ce qu’il faudra se prouver: qu’on peut innover et avoir une vision. Qui connaît Jacques Crahay sait qu’il n’est pas un sanguin. Quand il choisit de dire, comme président de l’UWE, que "l’économie n’est pas là pour nous dicter sa loi", il pèse le poids de chaque mot. Il cherche l’électrochoc. Sur un sujet qu’il estime primordial. On peut reprocher la dureté des mots, le fait qu’on lave son linge sale en public, que le message n’est pas concerté avec les 24 secteurs que la fonction, pourtant, englobe. Mais résumer le jeu qui se joue au sein du patronat wallon par des querelles, des luttes d’ego, ce n’est pas saisir l’intérêt de l’onde de choc.

Placer transition écologique au même niveau que transition sociale et transition économique, oui, le sujet est tabou. Et non, le débat n’est pas marginal. Depuis que Crahay est sorti, nous ne comptons plus le nombre d’entrepreneurs ET de capitaines d’industrie qui, au-delà de la forme décriée, nous ont souligné la pertinence des questions soulevées… sans oser le dire publiquement.

Le défi, demain, pour l’UWE n’est pas de savoir si un président doit se retirer, au vu de la tournure des événements. Il est de se tourner vers l’avenir. Il est de choisir si l’on s’empare ou non du fond, de voir si on veut apporter réponses et solutions.

Nos patrons sont-ils rétrogrades Non, tranche-t-on à l’UWE, où on a été secoué. C’est l’occasion ou jamais de le prouver.

Lire également

Echo Connect