Le prix du quatrième opérateur en vaut-il le coup?

Journaliste

L'entrée d'un quatrième opérateur sur le marché devrait faire baisser la facture mobile des consommateurs. La diminution ne se fera toutefois pas sans contrepartie et la qualité du service pourrait bien en pâtir. Et si le consommateur jouait plutôt son rôle à fond?

L'estimation est désormais chiffrée. Faire entrer un nouveau joueur sur le terrain des télécoms devrait faire baisser la facture moyenne de 13%. La nouvelle fera sourire le consommateur. Ce genre d'annonce nécessite toutefois un joli paquet de précisions. À commencer par celle sur la facture dont on parle. La fameuse baisse concerne ici la facture mobile. Un détail qui n'en est pas un, puisque les situations sur le marché du fixe et du mobile sont aujourd'hui largement différentes. Alors que la facture pour les packs est toujours aussi conséquente, celle pour le mobile est par contre déjà en baisse depuis quelques années. C'est bien, mais visiblement pas encore assez. Et tant pis si le message grâce à un joli hasard d'agenda manque un peu de cohérence. Alors que le comité de concertation s'interroge sur l'intérêt d'un nouveau venu pour faire pression sur les prix, l'autorité de la concurrence vient tout juste de valider le rachat par Proximus de Mobile Vikings. L'opérateur flamand était pourtant réputé pour venir titiller ses concurrents, avec des offres justement low-cost.

Les éventuels déçus de la marque barbare pourront toujours aller voir ailleurs. Entre les opérateurs classiques, les MVNO et la multitude d'offres de chaque marque, difficile d'avancer que le Belge n'a pas le choix. Mais en profite-t-il vraiment? Là est sans doute le véritable problème. On ne va pas se mentir, rares sont ceux qui scrutent l'ensemble des offres ou qui connaissent l'existence de meilleurtarif.be, un comparateur mis en place par le régulateur et qui permet en trois clics de vérifier qu'on ne paye pas un peu trop cher son abonnement. Mais voilà, comparer et changer de fournisseur ne font pas vraiment faire partie des activités les plus passionnantes du quotidien. Les fournisseurs d'eau et d'électricité en savent quelque chose. Face à ces marchés à la demande très inélastique, l'arrivée d'un nouvel acteur n'apporte donc pas toujours le niveau d'amélioration souhaitée. En jouant son rôle à fond, le consommateur pourrait pourtant déjà faire bouger les choses.

En jouant son rôle à fond, le consommateur pourrait pourtant déjà faire bouger les choses.

Car en parallèle, l'arrivée d'un petit nouveau aura probablement des conséquences ailleurs. Du côté de la qualité du service, par exemple. La Belgique est aujourd'hui l'un des réseaux les plus réputés d'Europe. Un petit passage en Ardennes rappelle toutefois assez vite le côté désagréable des zones blanches et d'un réseau version très basique. Avec un nouvel opérateur, il faudra sans doute être encore un peu plus conciliant. C'est du moins ce qu'il faut lire entre les lignes des discours des opérateurs déjà actifs sur notre marché. Face à un nouveau concurrent, l'adaptation passera sans doute par une baisse des investissements. Les conséquences sur la qualité du service semblent inévitables. Mais on ne peut pas reprocher aux opérateurs de ne pas avoir été clairs sur ce point.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés