Mission économique XXL en Chine

630 participants. 257 entreprises à bord. Un périple de cinq jours, de Pékin à Shanghai. Des dizaines de contrats annoncés à la clé. Les 43 premiers ont déjà été signés. La Belgique économique, entière, est en déplacement en Chine depuis ce weekend pour une mission XXL.

Pas besoin, ici, d’insister sur l’opportunité que représentent l’empire du Milieu et son 1,4 milliard de consommateurs. La Chine était, l’an dernier, le 10e client de la Belgique avec pour près de 7 milliards d’euros de biens exportés de chez nous vers là-bas. Pour la Wallonie, l’Awex note une nouvelle croissance de 32,7% des exportations au premier semestre de 2019, malgré les incertitudes liées au ralentissement de l’économie mondiale. Cette progression sur un an est le fruit d’une stratégie réfléchie, mise en place pour réduire la (sur)dépendance de nos entreprises aux marchés européens.

Voilà pour le socle. Ce qui se joue en Chine cette semaine, c’est la phase deux du plan chinois: l’arrivée à maturité des partenariats. Un plan, un pari quelque peu inévitable, personnalisé sur le volet BtoC par le tapis rouge déroulé à Liège pour Alibaba.

Le succès du méga deal Alibaba à Liège se jugera d’abord sur la capacité d’en faire une opportunité à l’export.

Attirer le géant chinois de l’e-commerce sur le tarmac wallon a eu le mérite d’installer la Belgique sur la carte du commerce chinois, version XXIe siècle. C’était la première étape. Tout l’enjeu est désormais de profiter du pont qui a été bâti. Traduit autrement: de parvenir à remplir de produits wallons les soutes des avions et les wagons des trains qui repartent vers la Chine. Ce n’est pas en jobs créés ou en poids logistique que se jugera le succès du méga deal Alibaba, mais d’abord sur la capacité d’en faire une opportunité à l’export.

Entre janvier et octobre 2019, plus de 272 millions de colis e-commerce sont arrivés à Liège. Pour la très grande majorité depuis la Chine. Les douanes belges estiment que, sur la même période, quelque 15.500 paquets cachetés "made in Belgium" sont repartis dans le sens inverse.

Le déséquilibre est, pour l’instant, colossal.

Nos entreprises et nos représentants – nos chocolatiers, nos brasseurs en reprenant la focale BtoC – ont du pain sur la planche cette semaine.

Lire également

Echo Connect