Les symboles de la haine raciale

Trump a choisi son camp: le suprémacisme blanc.

Une statue, un symbole, un meurtre. Dans sa dernière girouette sur les événements de Charlottesville, le président Trump a condamné le meurtre, mais a une nouvelle fois ignoré le symbole meurtrier.

Car c’est ce que représente le général confédéré Robert E. Lee, dont la statue est au cœur de la controverse. L’image d’un esclavagiste, utilisée aujourd’hui par les suprémacistes blancs. Pour défendre ces derniers, le Président américain s’est retranché derrière une argutie stupéfiante: si on retire cette statue, on pourrait également déboulonner celle de George Washington ou de Thomas Jefferson, deux présidents qui détenaient aussi des esclaves. Sauf que, symboliquement, pour imparfaits qu’ils aient pu être, Washington et Jefferson sont les pères fondateurs du pays, là où Robert Lee voulait le détruire.

Des CEO ont fait leurs valises. Combien de temps faudra-t-il aux républicains pour faire les leurs?

Autre symbole foulé du pied: Trump est le vingtième président du Parti républicain. Un parti fondé en 1854 pour contrer l’esclavagisme, établir la liberté individuelle, créer un pouvoir économique et industriel où tout citoyen aurait sa part. Hier, le patron de Walmart, plus gros employeur privé du pays et conseiller de Trump, a critiqué le Président dans un mail à son million et demi d’employés. Deux autres CEO/conseillers de Trump ont fait leurs valises depuis les événements du week-end. Mais combien de temps faudra-t-il encore aux élus républicains pour faire les leurs?

Le troisième symbole vient de Barack Obama: son tweet citant Nelson Mandela est devenu le plus "aimé" de l’histoire du réseau social. Il a dépassé les 3,5 millions de "like" hier. Un record qui pourrait passer pour anecdotique s’il n’était le fait du premier président noir des Etats-Unis. D’aucuns ont attribué une partie de la victoire de Trump à une réaction viscérale du sud américain à la présidence d’Obama. En prenant parti pour les extrémistes, hier, le président Trump donne désormais tout un symbole à la couleur du bâtiment qui l’abrite: la Maison-Blanche.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés