Marchés dépourvus de boussole

Difficile de trancher entre des facteurs microéconomiques plutôt de bonne facture, du moins pour les entreprises non financières, et des éléments conjoncturels inquiétants.

Les actions européennes ont beau être 4,2 fois moins chères qu’à la fin septembre 2009 et afficher une valorisation nettement plus attractive que les obligations, elles ne parviennent pas à décoller. Depuis le début de l’année, les gains de leur indice générique, le DJ Stoxx 600, ne dépasse pas 3 %. Les cours des 600 "blue chips" continentales sont littéralement coincés, depuis fin septembre 2009, dans un canal compris entre 230 et 275 points, dont l’étroitesse témoigne de l’indécision des investisseurs.

Pourtant, les entreprises continentales ont réalisé de considérables efforts de désendettement. Leur ratio dette/bénéfices avant intérêt, taxe, dépréciation et amortissement a été divisé par 52 depuis fin 2008.

Et que dire de leur croissance bénéficiaire qui promet d’avoisiner les 34 % cette année.

Malgré ces atouts, les capitaux ne parviennent pas à se dégager des obligations. Des obligations qui, comble du paradoxe, offrent, pour les plus sûres d’entre elles, des taux réels ridicules (1 % sur 10 ans pour la dette publique allemande). Il est vrai qu’austérité budgétaire, endettement public record et chômage très élevé ne riment pas forcément avec croissance soutenue.

Du coup, les investisseurs en actions ont peut-être tendance à surestimer l’effet récessionniste de la crise du crédit et des plans d’austérité qui l’accompagnent, sans parler de la menace liée aux dévaluations compétitives de certains pays émergents, ni des risques de bulles sur plusieurs segments de marché (immobilier chinois, dette émergente, etc.). Quant aux investisseurs obligataires, ils accordent peut-être trop de poids au risque de défaut d’un pays dans la zone euro et à un scénario de stagflation.

Coincés entre ces visions antagonistes, les Bourses ne peuvent que naviguer à vue…

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés