MegaUpload ou la MegaHypocrisie

La polémique autour de la fermeture de MegaUpload cache un autre débat: celui de la difficulté qu'a l'industrie du film à se réinventer.

Jeu de rôle vendredi matin dans la rédaction.

C.M. dans le rôle du FBI. "MegaUpload, c’est une forme de recel. Quand on fait quelque chose d’illégal, il ne faut pas s’étonner qu’à un moment ou l’autre, la Justice intervienne."

S.W. dans le rôle de Kim Dotcom. "Absolument pas. MegaUpload, c’est un espace de stockage virtuel. Une plate-forme d’hébergement ne peut pas être tenue responsable de ce que les gens y déposent."

Alors MegaUpload, receleur des temps modernes ou Shurgard virtuel? La question fait débat. Tout le monde a son avis sur le sujet selon qu’il télécharge un peu, beaucoup, à la folie ou pas du tout.

Mais le vrai débat n’est-il pas ailleurs? Notamment, dans l’incapacité de l’industrie du film à se réinventer. Comme l’a fait le secteur de la musique avant elle.

Après avoir pleuré quelque temps sur le “C’était mieux avant”, l’industrie musicale a compris - avec le ‘coup de pouce’ d’un certain Steve Jobs, il est vrai - qu’il ne servait à rien de se battre contre l’évolution technologique et que la musique s’écoute désormais en ligne. Et pas seulement parmi les populations les plus jeunes. D’où la naissance de plates-formes payantes du type Spotify.

Mais pour cela, il a fallu que tous les acteurs concernés accordent leurs violons. Ce qui semble être plus difficile à faire du côté de l’industrie du film. Les intérêts des studios d’Hollywood divergent trop de ceux des chaînes de télévision ou des distributeurs de films pour que ceux-ci parlent d’une seule voix. De premières initiatives naissent, comme Netflix, mais sont encore loin de convaincre le consommateur européen. Peu ou pas de traduction, une offre essentiellement made in USA, un timing de diffusion inadéquat… Avec comme conséquence une réaction basique dans l’esprit de tout hacker en herbe: pourquoi payerai-je pour voir un film en anglais un an après sa sortie, alors que je pourrais le télécharger gratuitement aujourd’hui et en français?

Donc, tant qu’aucune alternative crédible ne sera proposée aux téléchargements, ceux-ci se poursuivront. Et la manne financière continuera à échapper à l’industrie du film…

Car qu’on ne s’y méprenne pas, MegaUpload – avec ses publicités à gogo et ses offres premium - c’était tout sauf du bénévolat! Même si son fondateur n’hésitait pas à cautionner son lucratif business à coup de “lutte contre la censure et “sauvegarde de la liberté d’expression”.

Une MegaHypocrisie? Sans doute. Comme penser que fermer MegaUpload empêchera quiconque de télécharger un film ou une série ce soir… Tapez un peu Desperate Housewives et download dans Google. Juste par curiosité intellectuelle bien sûr…

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés