Merci, ING, de te ressaisir tant qu'il en est encore temps

Journaliste

Edito de Paul Gérard

Chez ING, on n’est plus à une invraisemblance près. Alors qu’un chantier immense démarre à peine, celui d’une restructuration d’une ampleur inédite au sein d’une banque (un emploi sur trois supprimé, la filiale Record Bank supprimée, la moitié des agences supprimée), voilà que le CEO d’ING Belgique, Rik Vandenberghe, s’en va. Il part diriger chez le groupe de construction Besix. Une "belle entreprise", dit-il.

A-t-on bien compris: au beau milieu d’une tempête sans précédent, le capitaine quitte le navire? Salut, bon courage pour la suite, moi je vais voir ailleurs.

Il y a 9.400 collaborateurs qui aimeraient être respectés. Et tout un secteur qui voudrait bosser normalement.

Ce n’est pas une option pour un CEO digne du nom. Quand une telle restructuration se profile, soit on la refuse et on part avant. Soit on l’assume et on part après. Planter tout en cours de route, ce n’est pas à la hauteur des enjeux.

La seule justification audible serait que le boss ait craqué mais, ce n’est apparemment pas le cas puisqu’il s’en va relever un autre défi professionnel qu’il qualifie d’"exaltant".

Ou alors faut-il comprendre, malgré les propos officiels de la banque – "c’est sa décision, on regrette mais on respecte" –, que la maison mère néerlandaise ne voulait plus du gentil Rik? Il est vrai que, trois mois après l’annonce de la restructuration, on n’est toujours nulle part. Cela peut avoir lassé Amsterdam, qui peut avoir opté pour la méthode forte (une fois de plus), sur l’air de: on n’arrive à rien avec lui, nommons quelqu’un qui déménage, sans états d’âme. Là est aujourd’hui la grande crainte du personnel.

Dans tous les cas, cet énième rebondissement malheureux abîme un peu plus l’image d’une banque qui n’avait vraiment pas besoin de cela.

Après tant d’errements, peut-on demander à ING de se ressaisir? Il y a 9.400 collaborateurs qui aimeraient être respectés. Et tout un secteur qui voudrait bosser normalement.

Lire également

Messages sponsorisés