On veut de l'efficacité, pas des polémiques

Newsmanager

Les propos du coprésident d'Ecolo Jean-Marc Nollet détournent l'attention d'enjeux plus importants et de défaillances plus graves.

Aveu spontané, qui a même le mérite de sortir de l’hypocrisie ambiante? Coup de com' pitoyable pour plaire aux citoyens, toujours plus nombreux, lassés des restrictions sanitaires? Les déclarations du coprésident d'Ecolo Jean-Marc Nollet, expliquant qu'il ne respecte plus la "bulle" d'une personne de contact rapproché au-delà du foyer, peuvent être interprétées de plusieurs manières. Mais, dans tous les cas, c’est une bourde.

La législation s'applique à tout le monde. Les politiques doivent montrer l’exemple et respecter les règles qu'ils édictent, c'est l'évidence. Et si la règle est mauvaise – ce qui est sans doute le cas de cette "bulle de 1" – ils doivent la changer et non l'enfreindre.

Ce dérapage accentue la confusion dans la communication envers le grand public, décrédibilise encore un peu plus le monde politique et fragilise aussi le gouvernement De Croo. Le Premier ministre semble avoir bien du mal à "tenir" sa majorité.

La gestion des autorités belges a été mauvaise depuis un an, sur les masques, sur les tests, sur le tracing… Et la campagne de vaccination est partie pour suivre ce même chemin.

Faut-il pour autant crucifier Jean-Marc Nollet? Franchement, non. Il est loin d'être le seul responsable. Sa sortie médiatique fait partie d'une petite musique qui se joue systématiquement à l'approche de chaque Comité de concertation. De nombreux acteurs politiques y vont de leur coup de pression, en tous sens. Le débat est normal en démocratie, mais l'action gouvernementale vire bien souvent à la cacophonie. C'est à qui hurlera le plus fort pour défendre tel ou tel lobby. Ou à qui se fera photographier en premier chez le coiffeur… Et chacun trouve un "expert" quelconque pour appuyer ses dires. Notre indigeste lasagne institutionnelle ajoute encore une couche de complexité à la lisibilité des mesures décidées. Or, dans une crise sanitaire, la maîtrise de la communication est essentielle pour susciter l'adhésion de la population. Les gens en ont ras-le-bol des restrictions, mais aussi de leur incohérence et du mauvais spectacle politique qui les accompagne.

En outre, et surtout, cette énième polémique détourne l'attention des enjeux plus importants et des défaillances bien plus graves. Les enjeux? Maîtriser la pandémie, assurer la santé (y compris mentale) des citoyens, relancer l’économie… Les défaillances? La gestion des autorités belges a été mauvaise depuis un an, sur les masques, les tests, le tracing… Et la campagne de vaccination, avec son lot de bugs, de retards et d’interrogations sur le respect de la vie privée, est partie pour suivre ce même chemin. C'est sur ces terrains-là qu’on attend de voir des politiques publiques efficaces et des politiciens investis et responsables.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés