Publicité

Pour les USA tapez 1, pour l’Europe tapez 2

©Nima Ferdowsi

Si la démarche tout feu tout flamme de Washington peut choquer et est certainement critiquable à bien égards, il faut surtout espérer que le choix de la tempérance fait en Europe soit le bon.

Bruxelles (L'Echo) - Je relance, tu relances, il relance, nous tentons tous de relancer la machine économique mais pas de la même manière et certainement pas avec la même intensité partout. Cette semaine, les autorités américaines sont passées à la vitesse supérieure. Avec du concret. Et, cette fois, sans cafouillage ou faux départs.

Coup sur coup, le secrétaire au Trésor Timothy Geithner a dévoilé deux projets capitaux pour l’avenir du système financier américain, l’un sur le rachat d’actifs toxiques, l’autre sur la réforme de la régulation financière. Parallèlement, la Fed dirigée de Bernanke a commencé à racheter des Bons du Trésor, espérant ainsi faire baisser les taux à long terme et par conséquent le coût des emprunts obligataires pour les entreprises.

  • A ma gauche, le tandem Geithner-Bernanke qui pédale en cadence pour gravir une côte aussi raide et longue que l’ascension du Mont Ventoux. Quitte à user et abuser de produits dopant.
  • A ma droite le duo Trichet/Barroso, petit braquet, toujours à l’eau pure, qui se débrouille comme il peut pour rester en selle. D’un côté, une Europe qui arrive timorée et divisée au G20. De l’autre, l’hyperactivisme américain et ses excès.


On aurait pu en rester là en constatant que les Etats-Unis ont fait le choix de la relance à tout prix, quitte à faire exploser les déficits budgétaires avec les risques qui en découlent (inflation, bulle obligataire, endettement, chute du dollar…).


L’Allemagne, par exemple, a déjà lancé deux plans de relance de 81 milliards d’euros. Beaucoup mais rien qui empêchera une contraction probable de son PIB de l’ordre de… 7 % selon la Commerzbank. Soit bien pire que les plus sombres pronostics concernant les USA. Pour prendre un autre exemple, en Italie, où sévit l’une des plus graves récessions d’Europe, il n’y aura pas de plan de relance du tout. Comprenne qui pourra.

Et ne parlons même pas de l’agonie des pays de l’Est où en quelques semaines 3 gouvernements sont tombés et 4 pays sont désormais sous perfusion du FMI.

 

par  Serge Van Daele

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés