Retour au cœur de métier

Dans la vie des entreprises comme dans toutes les vies, il arrive que l’on brûle ce que l’on a adoré.

Ainsi, quand une crise survient, il se peut que les modes changent, que l’on remette en question les recettes de gestion ou les business models auxquels on croyait dur comme fer juste avant la catastrophe.

On l’a vu avec les banques. Avant la crise bancaire, les établissements financiers faisaient la course au gigantisme. C’était le règne des économies d’échelles, la croyance presque aveugle dans le " manger ou être mangé ". Et pour cela, toutes les recettes étaient bonnes, y compris prendre le risque de s’aventurer dans les terres inconnues des crédits structurés et autres subprimes.

Et puis la crise a tout emporté, les bénéfices des banques et leurs certitudes. Deux ans plus tard, la plupart des entreprises financières affichent la volonté de se recentrer sur leur cœur de métier. Soit, dans le cas d’une banque, récolter l’épargne et prêter de l’argent pour financer les investissements des entreprises et des particuliers.

Mais d’autres secteurs ont abouti aux mêmes conclusions. Ainsi, dans la distribution, le groupe Carrefour qui a mené une sévère restructuration en Belgique, s’est vu conseiller de, lui aussi, revenir à son métier de base : à savoir faire du commerce et satisfaire ses clients.

Ce qui est vrai pour des activités arrivées à maturité –la banque, la grande distribution- l’est-il aussi pour d’autres secteurs, qui sont encore en pleine croissance ? On pense aux nouvelles technologies, où il ne se passe pas de jour sans qu’un grand acteur n’annonce qu’il se lance dans une nouvelle activité. Sautant sans complexe des logiciels aux smartphones, des moteurs de recherche aux fameux PC sur tablettes.

Et pourtant… ces dernières semaines, deux acteurs et non des moindres, puisqu’il s’agit de Google et de Microsoft, ont l’un après l’autre renoncé à la production de smartphones. Reconnaissant implicitement que dans ce domaine, les fabriquants de l’iPhone ou du Blackberry ont une solide longueur d’avance. Et que leur " truc " à eux, ce sont les moteurs de recherche et les logiciels. Dans les nouvelles technologies aussi, cela s’appelle " se recentrer sur son cœur de métier ".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés