Retour sur le plancher des vaches pour le PS

Le PS va devoir négocier avec les libéraux

Après la parenthèse coquelicot tuée dans l’œuf, le PS, qui mène les négociations en Wallonie, doit maintenant faire preuve de réalisme et accepter ce qui à ses yeux était jusqu’ici indigeste: négocier avec les libéraux. On a beau tourner le problème dans tous les sens, la réalité est celle des urnes. Bien que le PS reste le premier parti en Wallonie, avec Ecolo, il n’avait pas la majorité au Parlement. En semant un projet de coquelicot ou de gouvernement minoritaire PS-Ecolo avec l’appoint du PTB, le PS a surtout voulu éviter la gueule de bois post-électorale et repousser à plus tard l’arrivée du MR dans les négociations. On y est!

Après les rêves de coquelicot, le retour à la réalité pourrait être très difficile pour le PS en Wallonie.

Cette nouvelle étape dans le processus de formation d’un gouvernement en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles est celle de tous les dangers pour le Parti socialiste. Il y a d’abord la question des convergences. Ostracisé jusqu’ici, le MR a une revanche à prendre. Or, comment mieux y arriver qu’en renégociant de A à Z la note coquelicot. Assis de l’autre côté de la table des négociations, le PS devra, lui, faire semblant de ne pas perdre la face!

Mais avant de passer au supplice chinois façon "libérale", Elio Di Rupo va devoir affronter ses militants bercés dans un monde où le MR est à la source de tous les maux au Fédéral.

L’autre danger pour le PS, c’est la sortie d’Ecolo. En tant que troisième parti dans un schéma tripartite PS-MR-Ecolo en Wallonie, les verts ne sont numériquement pas indispensables. Or, deux expériences similaires par le passé ont laissé des traces chez eux. Il n’est donc pas impossible qu’Ecolo préfère l’opposition plutôt que de se retrouver à jouer l’appoint à côté d’un parti (le MR) dont les attaques pendant la campagne ont laissé des traces.

Lire aussi | Le dilemme d'Ecolo

Ce scénario qui verrait l’avènement d’une bipartite PS-MR en Wallonie est évidemment celui que veut éviter à tout prix le Parti socialiste.

Oui, il y a des lendemains difficiles. Mais qu’importe l’équation politique, il est temps d’avancer.

Lire également

Echo Connect