Sale coup pour l'Europe sociale

©doc

Tribunal du travail "incompétent" sur Ryanair

L’Europe sociale n’est pas pour demain. Certainement pas tant qu’il y aura des législations plus favorables que d’autres et des décisions comme celle que vient de rendre le tribunal du travail de Charleroi dans l’affaire des conditions de travail du personnel de Ryanair. Le patron de la compagnie low cost, Michael O’Leary, peut dormir sur ses deux oreilles. Depuis quelque temps pourtant, plusieurs décisions de justice courageuses, que ce soit en Norvège ou, tout récemment, à Aix-en-Provence, semblaient faire un pas dans la direction d’un meilleur respect des conditions de travail au sein de la compagnie.

Si les juges français ont pu faire fi de la menace que risque de faire peser Ryanair sur sa présence dans l’aéroport régional de Marseille, comme la compagnie l’a déjà fait lorsque l’Europe avait fait mine de s’attaquer à ses subsides régionaux, pourquoi cela n’a-t-il pas été possible chez nous? Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir et l’explication alambiquée du tribunal de Charleroi sur la difficulté de prouver que le personnel plaignant dépendait bien de l’implantation belge de Ryanair (à l’aéroport de… Charleroi), n’est franchement pas convaincante.

Avant de lancer hier un avertissement sur résultats, la compagnie irlandaise avait pourtant lâché un peu de lest sur un certain nombre de pratiques mal vécues par les voyageurs. De l’obligation de payer pour réserver sa place à l’interdiction d’avoir plus d’un bagage à mains, en passant par l’inconfort sonore des avions, Ryanair se dit prêt à se départir de certaines attitudes de "hard discounter".

Il n’est pas question ici de démolir Ryanair. En démocratisant de manière spectaculaire le prix des billets, la compagnie low cost a permis à des millions d’Européens de voyager en avion. Mais justement: la responsabilité de l’entreprise serait d’éviter à ces nouveaux clients de devoir se comporter comme des malotrus qui luttent pour occuper le meilleur siège. Et de traiter son personnel selon les lois du pays qui les emploie.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés