Sauver un traité en danger

Pas de surprise : des grand-messes résonnent des cantiques connus. Rien de ce qui a été dit au sommet nucléaire de Washington n’était fondamentalement nouveau.

Pas de surprise : des grand-messes résonnent des cantiques connus. Rien de ce qui a été dit au sommet nucléaire de Washington n’était fondamentalement nouveau. Coordination, réduction du nombre de sites à risque, élévation des standards de sécurité... La réunion d’une cinquantaine de chefs d’Etat "convoqués" par Washington n’a pas rompu avec les processus en cours dans les grandes enceintes internationales. Si ce n’est en fixant un délai fantaisiste – et naturellement non contraignant – pour mettre l’atome à l’abri du terrorisme. Quatre ans. Intenable. Quant au nerf de la guerre, les Etats-Unis et le Canada ont lancé en marge du sommet un appel aux Etats de bonne volonté : il s’agit de collecter 10 milliards de dollars pour se donner les moyens des ambitions affichées. Aucune réponse officielle à ce stade... C’est pourtant là que se joue l’essentiel de la conférence: les Etats sont-ils prêts à payer pour la sécurité ? 
Mais ce n’est pas dans les décisions concrètes qu’il faut chercher l’utilité de ce genre de sommets. C’est dans leur fonction symbolique. En l’occurrence, cette réunion d’une ampleur inédite depuis la création de l’ONU a servi à mettre l’accent sur la problématique nucléaire. Et montre une fois encore le volontarisme du président américain. Après le nouvel accord Start signé avec la Russie, Obama a présenté la nouvelle doctrine américaine par laquelle il s’est démarqué de la ligne tracée par son prédécesseur. Ces deux événements et le sommet de cette semaine donnent le ton, à l’approche de la conférence pour la révision du Traité de non prolifération (TNP), en mai. La dernière du genre avait été un échec : l’administration Bush avait montré peu de doigté dans la recherche du compromis. Obama montre au contraire qu’il vise le dialogue et la recherche de l’intérêt commun. C’est une attitude indispensable pour sauver un TNP en danger.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés