Se parler en métro, vélo, auto

Benjamin Everaert

Un new deal pour la mobilité.

On ne va pas se mentir, il n’y a pas de sujet plus dans l’air du temps que la mobilité. Entre les innombrables start-ups, les tout aussi nombreuses études sur le sujet, les joutes politiques sur ses impacts économiques, la mobilité s’impose dans le débat quotidien de tout un chacun.

Dossier Mobilité

La Belgique a les artères bouchées. En cause: une mobilité défaillante. Conséquence: un coût économique important pour nos entreprises et des effets négatifs sur notre santé. Quel chemin suivre pour sortir de l'ornière? Notre dossier >

Pro voitures, pro vélos ou transports en commun, personne n’a tout à fait tort ou tout à fait raison. C’est un peu la conclusion du new deal pour la mobilité de Deloitte développé dans ces pages. "Le vélo est le sport national et doit devenir le moyen de transport national", peut-on y lire. C’est tout particulièrement vrai pour les trajets de moins de deux kilomètres qui sont encore majoritairement effectués en voiture. Mais une autre grille de lecture de la même étude laisse entrevoir que la solution doit être globale avec des hubs multimodaux à l’extérieur des villes, des transports en commun plus efficaces, la mise en avant de tous les services de mobilité alternative, des véhicules plus propres ou une responsabilisation citoyenne sur les kilomètres parcourus en voiture.

L’exemple doit venir d’en haut, des politiciens eux-mêmes. Rien ne se fera sans courage politique.

Car la mobilité reste complexe. Les besoins des uns ne sont pas ceux des autres. Il convient donc de se parler entre différents niveaux de pouvoir et différents groupes de citoyens plutôt que de prendre des positions souvent émotionnelles et très peu rationnelles en matière de mobilité.

L’exemple doit venir d’en haut, des politiciens eux-mêmes. Deloitte ne dit d’ailleurs pas autre chose dans ses recommandations. Mobilité alternative, infrastructures ou "verdisation" des véhicules, rien ne se fera sans courage politique.

Espérons qu’une fois les élections passées, tout le monde puisse enfin se mettre autour de la table pour résoudre ce triple défi sociétal, environnemental et économique. À quelques rares exceptions, la dernière législature a en effet prouvé toute l’inaptitude qu’avaient les différents niveaux de pouvoir à parler de mobilité.

Lire également

Echo Connect