Se rendent-ils compte?

Newsmanager

Se rendent-ils compte? Dans l’affirmative, leurs postures sont indécentes. Dans la négative, elles traduisent une déconnexion hallucinante avec la réalité.

Se rendent-ils compte? Les sept partis qui négocient une coalition Vivaldi ont offert, ces dernières heures, une dispute digne d’une cour de récréation. Bien sûr, aucune négociation politique n’échappe à des moments de tension, à de la dramaturgie, à des portes qui claquent, à des cris d’orfraie. Cela fait partie du jeu. C’est de bonne guerre. On comprend aussi que la tâche n’est pas facile puisqu’il s’agit de concilier des intérêts très divergents. Mais, 484 jours après les élections, on attend de la retenue, du sérieux, du travail acharné, des solutions. Pas des gamineries.

Georges-Louis Bouchez a été pointé pour son attitude. Le président du MR a certainement sa part d’irresponsabilités. Mais il n’est pas le seul. On avait pensé qu’après moult tentatives de former un gouvernement, celle-ci était enfin la bonne. Le contenu du programme en gestation ne soulevait certes pas l’enthousiasme. Mais il avait au moins le mérite de sortir le pays du marasme politique. Si elle naît un jour, cette coalition Vivaldi aura déjà consumé une bonne partie de son crédit avant même d’entrer en fonction.

Si elle naît un jour, cette coalition Vivaldi aura déjà consumé une bonne partie de son crédit avant même d’entrer en fonction.

Se rendent-ils compte? L’urgence est ailleurs. Elle est sanitaire. Le nombre de cas positifs au Covid-19 est en forte hausse ces derniers jours, prouvant que l’épidémie reste menaçante. Mercredi, un Conseil national de sécurité doit faire le point et baliser notre manière de vivre avec, si possible, un maximum de libertés et un minimum de risques pour la santé.

Se rendent-ils compte? L’urgence est aussi économique et sociale. De nombreux indépendants, des commerçants, des petites et grandes entreprises sont en difficulté. Beaucoup se battent pour survivre. On craint des faillites en cascade. On craint des pertes d’emploi, avec des conséquences graves pour les revenus de nombreux citoyens. Un plan de relance est urgent pour sauver notre économie.

Se rendent-ils compte? Dans l’affirmative, leurs postures sont indécentes. Dans la négative, elles traduisent une déconnexion hallucinante avec la réalité. Le "spectacle" offert rue de la Loi provoque un dégoût profond chez une part croissante de la population. Tout bénéfice pour les démagogues, les populistes, les extrémistes. C’est grave.

Lire également

Messages sponsorisés