Taux d'intérêt négatifs: ni souhaitable, ni envisageable

Une banque va appliquer des taux négatifs

Pour la première fois, une banque va appliquer des taux d’intérêt négatifs à certains dépôts de ses clients particuliers. Certes, il s’agit d’une banque qui sert uniquement des clients fortunés et cette pénalité ne concernera que de très gros montants, au-delà de cinq millions d’euros. Mais c’est tout de même une étape symbolique qui pose question.

Est-il souhaitable d’appliquer des taux négatifs qui encourageront les consommateurs à revenir vers les espèces?

Verra-t-on, dans un avenir peut-être pas si lointain, des taux d’intérêt négatifs appliqués aux petits épargnants? Certains pays ont déjà tenté l’expérience. En Allemagne, plusieurs banques affichent des taux négatifs pour les dépôts supérieurs à 100.000 euros. Mais que constate-t-on? Les particuliers allemands placent davantage d’argent sur leurs comptes d’épargne. Cette mesure a donc un effet diamétralement opposé à son objectif: au lieu de décourager les gens d’épargner pour qu’ils investissent et dépensent davantage, elle leur fait comprendre que l’avenir est incertain et, en conséquence, ils épargnent davantage pour compenser l’érosion due aux taux négatifs.

Rappelons aussi que les Belges aiment payer en espèces: plus de six paiements sur dix se font encore en cash, au grand dam des institutions financières auxquelles la manipulation des billets – ne parlons même pas des pièces – coûte très cher. Est-il souhaitable d’appliquer des tarifs qui encourageront les consommateurs à revenir vers les espèces?

Même en admettant que des taux négatifs pour les particuliers soient légitimes, il faudrait encore modifier la réglementation des comptes d’épargne, qui prévoit un taux d’intérêt minimum. Il faudrait aussi supprimer complètement l’exonération de précompte mobilier des comptes d’épargne car on comprendrait mal qu’on encourage l’épargne d’une part via une fiscalité attrayante et qu’on la décourage d’autre part avec des taux négatifs… Parmi les partis représentés actuellement au Parlement fédéral, lequel est prêt à cela? Nous ne voyons aucun politicien lever son doigt… En résumé, des taux négatifs en Belgique ne sont ni souhaitables, ni sérieusement envisageables.

Lire également

Echo Connect