Tecteo: 1 Concurrents: 0

©Sofie Van Hoof

En autorisant le rachat des Editions de L’Avenir par Tecteo (désormais Nethys), l’autorité belge de la concurrence permet à l’intercommunale liégeoise de remporter une victoire face à ses concurrents télécoms, Base et Belgacom en tête.

En autorisant le rachat des Editions de L’Avenir par Tecteo (désormais Nethys), l’autorité belge de la concurrence permet à l’intercommunale liégeoise de remporter une victoire face à ses concurrents télécoms, Base et Belgacom en tête. Les principales inquiétudes de ces derniers, dénonçant un avantage concurrentiel au profit de Tecteo, ne sont pas partagées par le gendarme belge de la concurrence. Celui-ci estime même que des offres promotionnelles que Tecteo ferait à ses clients, via sa marque Voo et incluant du contenu des journaux "L’Avenir", pourraient dynamiser la concurrence.


Stratégiquement, Tecteo réalise donc une belle opération. Grâce à ce feu vert, ses dirigeants font taire les critiques des responsables politiques sur les ambitions soi-disant démesurées de l’intercommunale. Même si le gendarme de la concurrence ne s’est pas penché sur cette question sensible.
Sur le fond, l’opération Nethys-L’Avenir apporte une nouveauté de taille dans le paysage des médias et télécoms belges: pour la première fois, un acteur des télécoms va détenir un groupe de presse. Et qui plus est, il s’agit d’une société anonyme (Nethys), contrôlée par une intercommunale faîtière, Publifin, entité publique.


Les critiques sur le fait que ce montage pourrait mettre à mal l’indépendance de la rédaction du journal ne semblent a priori pas fondées, un accord ayant été signé pour la garantir, via des règles de fonctionnement spécifiques. Mais la question fondamentale est de savoir si, financièrement, Nethys (Publifin) aura les moyens de ses ambitions, englobant une croissance externe par des rachats d’actifs tous azimuts (Electrawinds, EDA, etc.).


Par ailleurs, à l’heure où la survie de la presse passe par une consolidation et une rationalisation des moyens en vue de garantir la transition vers le numérique, l’opération Nethys-L’Avenir ne va pas dans ce sens. L’intercommunale liégeoise devra-t-elle donc s’allier ensuite à un autre groupe de presse pour survivre? On attend avec impatience le rapport McKinsey sur l’avenir de la presse écrite francophone, commandé par le ministre Marcourt, qui devrait donner les clés pour répondre à cette épineuse question.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés