Titres-services: pas un luxe

Les titres-services coûtent cher à l’État: 1,2 milliard d’euros en 2009. Ce montant devrait encore progresser pour atteindre 1,5 milliard dès 2013, selon le bureau d’études Idea Consult. Une croissance intenable? La question est posée.

À l’heure où le Trésor cherche à économiser 25 milliards d’ici 2015 pour équilibrer les finances publiques, il est tentant de faire porter une partie de l’effort sur ce système. D’autant que certains le jugent comme un luxe. Des pistes d’économies existent. La principale est la suppression progressive de la déductibilité fiscale: celle-ci ramène le coût réel du titre-service à 5,25 euros (sa valeur faciale étant de 7,50 euros). Cela ferait gagner près de 400 millions à l’État sur la période 2011-2014. Une manœuvre d’autant plus facile que deux utilisateurs sur trois disent ne pas tenir compte de l’avantage fiscal au moment de passer leur commande de chèques. Une autre solution est d’augmenter le prix à 8 euros.

Bien sûr, une maîtrise budgétaire est nécessaire. Mais, prudence! Le futur gouvernement a tout intérêt à consolider le dispositif plutôt que de le brider. Il doit veiller à ne pas casser l’outil. Or, le système a déjà été corseté à plusieurs reprises. Les titres-services ont une utilité indéniable pour plus de 650.000 usagers, par exemple pour mieux concilier vie privée et vie professionnelle. Ils représentent aussi une activité économique importante: 120.000 travailleurs peu qualifiés et près de 2.300 entreprises sont concernés.

Ces emplois, cette activité, génèrent d’importants "effets retour". Ceux-ci s’élèvent à 678 millions d’euros, selon une étude de PricewaterhouseCoopers publiée hier (lire en page 8). De quoi relativiser l’impact budgétaire réel pour l’État (en fait, un peu plus de 500 millions).

En augmentant le coût réel des titres-services, le risque est grand de limiter l’attractivité du système par rapport au marché noir et de mettre en péril la rentabilité, parfois déjà limite, des entreprises du secteur.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés