Un lapin sorti d'un chapeau

Jean-Luc Crucke aurait-il trouvé la solution miracle pour la bulle du renouvelable?

Le ministre wallon de l’Energie, Jean-Luc Crucke (MR), l’avait promis: il allait régler le problème de la bulle des certificats verts sans nouvelle taxe, ni augmentation de la facture des consommateurs. Des déclarations qui suscitaient plus que du scepticisme. Cela a pris un peu plus de temps que prévu, mais le gouvernement wallon s’est finalement accordé sur une solution, ce lundi. "Nous tenons nos promesses", se félicite Jean-Luc Crucke. Le ministre aurait-il sorti un lapin de son chapeau?

Le ministre va même pouvoir se payer le luxe de se présenter devant un électeur qui aura vu sa facture d’électricité baisser…

Il n’y a évidemment pas de recette magique: la solution adoptée par le gouvernement a un coût. Elle va obliger les consommateurs wallons à payer durant 20 ans encore ce qu’on appelle la fameuse surcharge Elia, dont ils auraient pu espérer la suppression d’ici quelques années. Mais cette surcharge va être nettement allégée. Et le ministre Crucke va même pouvoir se payer le luxe de se présenter devant un électeur qui aura vu – temporairement – sa facture annuelle d’électricité baisser d’une cinquantaine d’euros

Bien sûr, l’allégement va rapidement se réduire, pour finir par être annulé par l’impact de l’augmentation des quotas de certificats verts imposés aux fournisseurs. Mais la solution dégagée a le mérite de s’attaquer enfin à la dette du renouvelable, plutôt que de la mettre simplement au frigo, comme les gouvernements précédents l’avaient fait. Et cela, à première vue, sans impact douloureux sur la facture du consommateur.

À une condition, bien sûr: que les simulations du gouvernement tiennent la route. Des simulations dont la presse n’a reçu qu’une partie, ce lundi, et qui doivent encore être transmises à différents acteurs, dont le régulateur wallon, pour être analysées. Histoire de s’assurer que les différents leviers imaginés vont bel et bien permettre de régler ce problème qui empoisonne la vie des gouvernements wallons depuis des années, et ne s’avèrent pas être un simple tour de passe-passe bienvenu en ces veilles d’élections.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés