Un médiateur social à la SNCB

Grève sur le rail.

Le dialogue social est désormais rompu à la SNCB et malheureusement, ce sont les pauvres navetteurs qui vont encore payer les pots cassés des dirigeants de la SNCB et des syndicats. Même s’il est difficile de déterminer laquelle des deux parties doit endosser l’entière responsabilité de l’échec des négociations, force est de constater que les dirigeants du groupe ferroviaire ont manqué de diplomatie dans le dossier. Vu l’ampleur des mesures sans précédent qu’ils envisagent d’imposer aux cheminots pour augmenter la productivité, ils auraient dû venir avec autre chose qu’un discours de fermeté accusant (à tort) les représentants du personnel de n’avoir fait aucune proposition dans ce sens.

Vu l’ampleur des mesures qu’ils veulent imposer aux cheminots, la direction de la SNCB aurait dû faire preuve de plus de dilpomatie.

Les directions ont aussi envoyé un message négatif aux cheminots en indiquant leur intention d’adopter les mesures lors de la Commission paritaire nationale du 16 décembre. À quoi cela sert-il de s’enfermer dans un agenda aussi serré au risque de crisper ses interlocuteurs et de les braquer davantage? Du côté syndical, même si le mécontentement est compréhensible, la réponse menaçant les navetteurs de 5 jours de grève dès la rentrée est excessive. Les temps ont changé et il faut trouver d’autres moyens d’actions pour créer le rapport de force. Il faut viser le principal interlocuteur (ici les patrons du groupe SNCB), plutôt que de faire inutilement des victimes collatérales (les navetteurs). Surtout que le nombre de grèves est en baisse dans le rail (18 grèves en 2014, 15 en 2015).

Par ailleurs, le gouvernement se fourvoie aussi en brandissant avec force et fracas la menace de l’instauration d’un service minimum à la SNCB. Cela ne marchera pas. La situation d’aujourd’hui est si critique qu’il faut envoyer un médiateur social à la SNCB pour renouer les fils du dialogue entre les parties. Même si la législation ne le permet pas actuellement, il est temps de la réformer pour qu’un tel blocage ne se reproduise plus.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés