Un retard inévitable

Enquête approfondie sur le rachat de Base

Le séisme attendu depuis le 20 avril sur le paysage télécom belge n’aura pas (encore) lieu. Le géant du câble Telenet a bien tenté son va-tout début septembre, en proposant de lui-même des concessions à la Commission européenne pour s’assurer un rachat de Base sans complications. Sauf que non, la DG Concurrence de Margrethe Vestager insiste et enquêtera de manière approfondie sur le deal. Comprenez: elle mettra nettement plus la pression sur Telenet pour qu’il propose de solides concessions afin d’assurer que la concurrence sur le marché belge des télécoms ne sera pas minée par le deal. D’autant que l’exécutif européen semble sincèrement inquiet pour le consommateur belge, et égrène une liste longue comme le bras de risques de distorsion de concurrence. Au point d’aller jusqu’à affirmer qu’une fois Base englouti, Telenet ne serait plus incité à exercer une pression concurrentielle sur Mobistar et Proximus.

Les négociateurs de Telenet devront redoubler de créativité pour convaincre la DG Concurrence de Margrethe Vestager.

Une hypothèse qui pourrait sembler absurde… mais qui se trouve être particulièrement pertinente. Sans modification du paysage concurrentiel belge, un mastodonte comme Telenet/Base pourra se contenter de convertir les clients mobiles de Base en clients triple play de Telenet pour afficher croissance du chiffre d’affaires et hausse de la rentabilité. Surtout, Telenet met solidement la main au portefeuille pour s’offrir l’actif, qu’il faudra donc rapidement rentabiliser. Difficile, dans ce cas, d’imaginer Telenet baissant ses prix pour célébrer le deal. Reste à voir le remède qui permettra de convaincre la Commission. Un nouvel opérateur virtuel? La Belgique en affiche déjà le plus grand nombre à l’échelle européenne. L’ouverture concrète du câble à la concurrence sur le marché belge? La procédure est en cours, à l’initiative du régulateur national: on voit mal la Commission s’immiscer, d’autant que le texte traîne… sur le bureau de la Commission, justement. Les négociateurs de Telenet devront donc redoubler de créativité face à une Margrethe Vestager qui a déjà prouvé son intransigeance face aux groupes télécoms.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés