Un saut dans l'inconnu

Donald Trump entre à la Maison-Blanche.

Deux mois et demi après avoir décroché la Maison-Blanche, Donald Trump y entre ce vendredi pour de bon. Rarement nouveau président américain aura autant suscité craintes et polémiques au moment de prendre ses fonctions. Même George W. Bush, que beaucoup considéraient en janvier 2001 avec condescendance tout en s’inquiétant de voir que c’était d’anciennes éminences néoconservatrices de la garde rapprochée de son père qui allaient former la colonne vertébrale de son administration…

L’arrivée de Trump à la Maison-Blanche, c’est un saut dans l’inconnu, bien plus qu’une transition entre deux univers politiques.

À l’époque, c’était déjà un président démocrate au sommet de sa popularité – un Bill Clinton pourtant loin d’être blanc comme neige – qui cédait la place à un républicain dont on se méfiait jusque dans son propre camp. Barack Obama, lui aussi, part avec une cote de popularité au zénith. Et Trump inquiète également de nombreux républicains. Mais la comparaison s’arrête là.

L’arrivée de Trump à la Maison-Blanche, c’est un saut dans l’inconnu bien plus qu’une transition entre deux univers politiques. Un saut dans l’inconnu pour le principal intéressé qui n’a aucune expérience politique. Un saut dans l’inconnu pour plusieurs de ses ministres qui n’en ont pas plus. Un saut dans l’inconnu pour le tout Washington qui n’a jamais eu à graviter autour d’un homme aussi hostile à l’establishment politique. Un saut dans l’inconnu pour les Américains qui n’ont jamais été dirigés par un président au populisme aussi assumé. Un saut dans l’inconnu pour les dirigeants étrangers qui vont bientôt devoir composer avec un président américain dont l’impulsivité n’a d’égal que son ego surdimensionné. Un saut dans l’inconnu pour nous tous, car les Etats-Unis continuent à influencer le cours du monde jusqu’à des milliers de kilomètres de leurs frontières.

Beaucoup a été écrit sur Donald Trump, ses frasques, ses contradictions, ses déclarations les plus choquantes, ses coups de sang tweetés à toute heure du jour et de la nuit. Faut-il pour autant s’attendre au pire de la part du 45e président des Etats-Unis? Impossible à dire. Seule certitude: on peut s’attendre à tout. 

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés