Une exécution qui tombe à pic

Trump se cache derrière la mort de Baghdadi

L’opération menée samedi en Syrie par un commando des forces spéciales américaines contre Abou Bakr al-Baghdadi est une réussite. Le fondateur du groupe État islamique (Daech) est mort, trois ans après les attentats de Bruxelles. Un procès eut été préférable, mais cette fin vaut mieux qu’une fuite. C’est une excellente nouvelle pour l’Occident, déchargé d’une menace, et pour l’islam, débarrassé d’un de ses pires représentants. Même s’il ne faut avoir aucune illusion sur la capacité du serpent de survivre à cette décapitation.

Ce lundi, Donald Trump continuait sa parade narcissique en annonçant la diffusion de la vidéo de l’attaque.

Pour Donald Trump, c’est aussi une excellente nouvelle. En pleine procédure de destitution et très critiqué pour avoir retiré les troupes américaines de Syrie, le président des Etats-Unis bénéficie soudain d’un état de grâce. Dès lors qu’il a annoncé l’exécution de Bagdhadi, le clan républicain s’est rassemblé derrière lui. L’opposition s’est vue contrainte de le féliciter.

Trump l’a compris, et il se fait insistant sur son rôle clé dans l’opération. Un peu trop, au goût de certains qui s’interrogent sur le rôle réel du président, le timing de l’opération et sa manière de la récupérer.

Ce lundi, Donald Trump continuait sa parade narcissique, avec son talent de présentateur de télé réalité, en annonçant en primeur la diffusion de la vidéo de l’attaque. Fanfaronnant jusqu’à l’excès, il a fini par énerver la presse américaine, qui commence à s’agacer du langage racoleur utilisé pour vendre une opération dont le mérite revient avant tout à l’armée américaine. Dimanche, Donald Trump affirmait même qu’il était le premier à avoir pensé à exécuter Ben Laden. Pourtant, à l’époque, il avait lui-même critiqué la récupération présidentielle de l’exécution de l’ennemi public n°1: "Arrêtez de féliciter Obama d’avoir tué Ben Laden. Ce sont les SEALS et la Navy qui l’ont tué."

La réalité est souvent loin des belles paroles. Au Pentagone, certaines affirment que l’opération contre Bagdhadi a réussi "malgré Donald Trump". Le retrait des troupes américaines, ordonné la semaine dernière par le Président, aurait en réalité menacé de tout faire échouer.

Lire également

Messages sponsorisés