Vent d'éthique sur l'Europe

La candidature de Sylvie Goulard rejetée

Le Parlement européen a renvoyé à Paris la candidate française pour la Commission européenne, Sylvie Goulard, en raison de doutes sur son intégrité. Pour l’Élysée, c’est un camouflet. Mais le président français Emmanuel Macron devra se faire une raison, les députés européens sont souverains à cette étape de la désignation de la Commission. Pendant deux semaines, lors des auditions marathons des candidats commissaires, deux autres ont d’ailleurs été éliminés, une Roumaine et un Hongrois.

Emmanuel Macron a reçu sa première gifle européenne.

Cet exercice démocratique donne l’impression que les députés ont trouvé la force de s’émanciper alors qu’un État allait imposer sa volonté aux élus. On le sent, un vent d’éthique souffle sur l’Europe. Sylvie Goulard, dont on ne peut douter de la foi européenne, a cédé à la tentation d’un contrat de consultance de 10.000 euros par mois lorsqu’elle était députée européenne. Un montant important, alors que les élus européens ne sont pas, à raison de revenus de 12.000 euros par mois, logés à la rue.

Pour d’autres, dont l’Élysée, Sylvie Goulard serait victime d’un règlement de compte politique entre les partis européens.

Vendetta ou vent d’éthique? Le Parlement européen vient, surtout, de reprendre la maîtrise de son territoire. En juillet, après les élections, le président Macron, épaulé par Berlin, avait imposé l’Allemande Ursula von der Leyen à la présidence de la Commission. Un geste d’autorité, plutôt que de laisser le Parlement choisir le président par la méthode du candidat tête de liste. En retour, Emmanuel Macron a reçu sa première gifle européenne.

Cette affaire révèle une lutte intrinsèque à l’Union européenne. Une opposition entre le régime jacobin autoritaire de la République française et la démocratie européenne en pleine émergence, avide d’éthique et de codécision. Elle témoigne que l’Europe ne pourra réellement prendre son destin en main que lorsqu’elle sera affranchie du diktat des grands États, comme la France et l’Allemagne, et que les institutions incarnant sa légitimité, le Parlement et la Commission, seront dotés de pouvoirs forts.

Lire également

Echo Connect