carte blanche

Plus d'énergie durable, moins de subsides publics

©Belga

Par Roland Teixeira | CEO de General Electric Benelux.

Pour son approvisionnement en énergie, l’Europe est en grande partie tributaire de la mer du Nord. Le potentiel de la mer du Nord est immense: une capacité de production de 12,6 gigawatts produite par 3.589 éoliennes installées au large des côtes de dix pays européens.

La construction d’un énorme parc éolien, à l’horizon 2050, augmentera encore cette dépendance. Il faudra par contre du temps avant que le secteur ne soit quasiment plus dépendant des fonds publics.

En Belgique, la production d’énergie renouvelable ne peut toujours pas se passer de ces subsides. La combinaison de l’innovation et de la numérisation pourrait toutefois permettre d’en réduire très rapidement l’importance.

De nouveaux développements, toujours plus nombreux, montrent que la production d’énergie durable en mer du Nord pourra se faire avec moins de subsides publics, voire sans ceux-ci.

Dans un monde idéal…

Dans un monde idéal, tous les subsides seraient versés dans un fond commun "mer du Nord" permettant le financement et l’élaboration d’une centrale énergétique virtuelle et l’utilisation des données digitales afin de développer les connaissances, les parcs, la technologie et la production de façon totalement coordonnée.

Le plan défini en juin 2016 par une série de pays proches de la mer du Nord (Allemagne, Belgique, Luxembourg, France, Danemark, Irlande, Suède, Norvège et Pays-Bas) est un bon exemple de cette vision. Ces pays ont signé un accord de collaboration pour développer l’éolien en mer du Nord de manière substantielle. Leur but est d’installer des milliers d’éoliennes, également en pleine mer.

©David Adriaen

Cette initiative est très prometteuse: un parc éolien de cette envergure pourrait grandement contribuer aux objectifs européens de diminution des émissions de CO2. À l’horizon 2050, ceux-ci doivent être réduits de 80 à 95% par rapport à leur niveau de 1990.

Pour concrétiser cette ambition, les pays doivent avant tout s’entendre sur la manière de distribuer l’électricité aux différentes nations participantes.

L’énorme potentiel économique de ce plan est lui aussi très prometteur. Les experts estiment que les investissements dans ce nouveau projet pourraient s’élever à 100 milliards d’euros. Et la Belgique y jouera un grand rôle.

La taille du projet permettra de diminuer les coûts. De nombreuses entreprises auront donc intérêt à investir dans cet approvisionnement énergétique. Les pouvoirs publics européens devront alors moins contribuer à la concrétisation de nouvelles initiatives dans le domaine des énergies renouvelables.

Expertise du Benelux

La mer du Nord offre aussi des opportunités grâce à une expertise, propre au Benelux, dans le domaine du dragage, de la construction offshore, des services maritimes, de l’entretien, du développement de réseau, de l’innovation, etc.

Grâce à leur expérience de la mer, les entreprises du Benelux sont parfaitement positionnées pour jouer un rôle moteur et créer de l’emploi.

Alors, unissons nos forces afin d’exploiter pleinement le potentiel qui est celui de la mer du Nord. Permettons à l’innovation numérique d’être le catalyseur d’une gestion optimale du réseau électrique par-delà les frontières nationales.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content