Arrêter ou... continuer de voyager à l’ère du Covid-19?

©AFP

Revue de presse de l’Irish Times qui, dans son éditorial, juge que la seule approche viable à long terme pour continuer de voyager consiste à mettre en œuvre une combinaison de mesures strictes imposées aux voyageurs.

Après avoir fait tant de sacrifices pour contribuer à maîtriser le coronavirus, les gens craignent, à juste titre, que les récents progrès enregistrés ne soient annulés par les voyageurs arrivant de pays où le taux d’infection est bien plus élevé que le nôtre. L’idée que des touristes puissent continuer à prendre l’avion pour l’Irlande depuis un endroit comme le Texas, qui a enregistré plus de 10.000 nouveaux cas de Covid-19 rien que dimanche, semble naturellement erronée et dangereuse. C’est pourquoi nombreux sont ceux qui réclament à grands cris l’interdiction de voyager à partir d’endroits où le virus reste endémique.

Mais si, comme cela semble probable, nous allons vivre avec le Covid-19 pendant longtemps, peut-être même des années, nous allons devoir constamment sous-peser le risque face à la nécessité de rétablir un certain degré de normalité dans notre vie sociale et commerciale.

Fermer l'État aux voyageurs apparait une idée séduisante mais elle serait insoutenable au-delà d'une très courte période et causerait des difficultés à ceux pour qui le voyage est essentiel. À long terme, la seule approche viable consistera à combiner des conseils de voyage stricts pour les voyageurs entrants et sortants, un meilleur suivi des nouveaux arrivants, des mesures de quarantaine plus strictes et l'accent mis sur la responsabilité personnelle.

Un certain nombre d'aéroports dans le monde proposent désormais des tests pour les nouveaux arrivants. Ces tests rapides seront un outil essentiel pour ceux qui arrivent en provenance de pays à haut risque.

La clé pour garder le Covid-19 sous contrôle n'est pas une mesure unique mais une série de mesures individuelles à prendre par les autorités et chaque individu. La boîte à outils comprend la distanciation sociale, le port du masque, l'évitement des lieux bondés, le lavage régulier des mains et un comportement adapté pour la toux et les éternuements. Rien de tout cela ne peut être répété trop souvent. Si nous continuons à suivre ces étapes de base et si l'État peut nous garantir que son système de test et de traçage est prêt à identifier et à traquer toute nouvelle épidémie, alors la deuxième vague tant redoutée ne sera pas une fatalité.

Cet article publié dans l'Irish Times du 15 juillet 2020 a été traduit et résumé par nos soins. https://www.irishtimes.com.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés